Revenir en haut Aller en bas



 

 :: Archives Forums importants :: Complexe Hinata Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ALEXIS-PEARL : Catch me if you can

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 12:30
Admin
Une fois le cours d’aïkido achevé, sa robe remise et les participants dispersés, Pearl quitta à son tour le dojo, quelque peu fourbue mais absolument pas déçue de la séance. Elle avait été riche en enseignements, ainsi qu’en évènements intéressants grâce aux personnages hauts en couleurs qui s’y étaient retrouvés. Et en ce qui la concernait personnellement, non seulement elle avait pu y croiser le garde du corps de Kyo Kazeyama en personne, mais en plus elle y avait retrouvé quelqu’un qu’elle espérait revoir depuis un moment. Elle se retourna d’ailleurs vers lui lorsqu’il sortit du bâtiment à son tour, ravie de voir que le plaisir de ces retrouvailles ait été partagé. Elle lui sourit malicieusement, comme elle en avait pris l’habitude. Maintenant que le cours était terminé, elle avait défait son chignon qui commençait à peser lourd et ses cheveux flottaient librement sur ses épaules, un pince à cheveux libellule dégageant son visage de ses longues mèches rebelles.

« Si intense ait été la séance, je suis ravie de vous y avoir retrouvé. Ce fut une agréable surprise, monsieur Vychedkevitch. »

Elle était surtout enchantée de constater que le beau slave n’avait pas changé. Toujours élégant, propre sur lui et ténébreux dans son charme, les yeux qu’ils posaient sur elle la faisaient toujours agréablement frissonner, en plus de flatter son ego. Repoussant une mèche de cheveux qui lui chatouillait le creux du cou, elle laissait son regard renouer avec la charpente virile de ses épaules, ses traits séduisants, l’ourlet sinueux de ses lèvres.

« Comment allez-vous depuis la dernière fois ? Peut-être auriez-vous un peu de temps pour discuter plus longuement autour d’un verre ? Il me tardait de vous revoir… »

Une brise fraîche courut sur ses épaules nues et elle réprima un frisson. Le temps s’était quelque peu couvert durant le cours et, même si le ciel restait bleu, quelques nuages venaient intercepter la chaleur des rayons du soleil à intervalles réguliers. Pour cette fois, Pearl préférait donc éviter la terrasse et ses parasols bien que l’endroit ait été des plus propices à faire connaissance la dernière fois. Mais à cette heure-ci, le restaurant risquait d’être bondé et cela l’ennuyait tout autant. Elle n’avait pas particulièrement envie de supporter les conversations, les rires gras des convives et les cris des enfants tout en tentant d’approfondir sa relation délicieusement ambigüe avec Alexis. Une idée hardie lui vint à l’esprit et elle inclina la tête pour poser sur le séduisant jeune homme un regard pénétrant, assorti du plus innocent de ses sourires :

« Puis-je vous inviter dans ma suite sans paraître trop audacieuse ? »

Assurément non, mais elle espérait que cela lui plaise, justement…
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 12:31
Admin
Très agréable, le cours d'aikido avait permis à Alexis de se détendre, tout en consolidant ses capacités à se défendre. Les arts martiaux étaient toujours une activité passionnantes et utiles. En plus de cela, il avait pu partager un nouveau moment en société et apprendre ce dont on l'avait privé pendant des années : se faire plaisir. Et rencontrer des gens de façon plus spontanée que des ordres :"va parler à celui-ci ; fais la conversation à celle-ci".
Après s'être changé, il avait quitté les lieux sans courbatures, son corps étant entrainé à recevoir et à se battre. Sans parler d'une promenade de santé, il n'avait pas trop galéré. Des années de sport, de luttes l'avaient véritablement endurcis. Heureusement qu'il n'y avait pas eu de combats sérieux lors de cette séance, sinon pas grand monde aurait pu lui résister. Le Renard Ronin mis à part.
Quoiqu'il aurait peut-être laissé gagner Pearl.
Puisqu'on parlait d'elle, la voilà, qui lui faisait signe. Elle avait lâché ses cheveux qui bougeaient dans la brise légère, offrant un spectacle ravisant de séduction naturelle. Elle était très forte, cette demoiselle, dans ce domaine ! Alexis lui adressa un signe, et se rapprocha d'elle, avec un sourire aux lèvres. Elle était vraiment magnifique. L'homme qui parviendrait un jour à l'avoir pour lui seul serait un sacré chanceux. Elle avait tout pour plaire, et pas seulement au niveau physique. Sa vivacité d'esprit... Son intelligence...  
Jamais personne lui avait fait cet eaffet.

- J'ai pu voir que vous étiez d'une énergie communicative. A croire que rien ne vous fait peur !
Non, rien n'avait l'air de lui faire peur. C'était d'ailleurs quelque chose qui l'inquiétait au sujet de cette hybride. Elle était curieusae et perspicace. Alexis craignait qu'un jour, elle ne découvre trop sur lui. Le fait qu'elle aie retenu son nom de famille fictif et le répéter sans l'écorcher, alors qu'il avait volontairement choisi le plus complexe possible, l'alertait et le poussait à ne pas baisser la garde.
Il était trop sous son charme pour l'éviter cependant, et malgré le danger éminent pour lui, mais surtout pour elle. Il avait peut-être tort, mais il ne pouvait pas résister. Faible mâle...
Aussi, quand elle proposa d'aller boire un coup, il pouvait difficilement refuser. Il fut néanmoins surpris de l'entendre l'inviter à aller dans sa suite. Il était ravi qu'elle lui accorda autant de confiance (si elle savait...) et mais ne put s'empêcher de répondre positivement.
- C'est audacieux, mais j'apprécie l'audace. Je vous suis !
Il lui emboita le pas, curieux de voir à quoi ressemblait les lieux. Il n'était pas contre une discussion plus au calme avec elle. Ce serait plus intime,  ils pourraient discuter sans bruits parasites.
Pendant leur marche, il distingua que la demoiselle frissonnait. Peut-être avait-elle froid ? Après tout, elle avait beaucoup bougé pendant le cours, et à présent qu'elle était moins active, la température retombait. Ne souhaitant pas qu'elle prenne froid, il retira la veste qu'il avait sur ses épaules et les posa sur les siennes.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 12:31
Admin
« Great ! Dans ce cas, je vous y conduis de ce pas. »

Ni une ni deux, Pearl glissa aussitôt sa main au creux du coude d’Alexis pour marcher avec lui le long du chemin de graviers blancs qui reliait les terrains de sport au bâtiment principal. Une partie de son cerveau lui rappela avec beaucoup de sagesse qu’elle ne devait pas faire preuve de tant d’enthousiasme, les femmes trop entreprenantes ayant souvent tendance à refroidir les hommes, mais elle congédia poliment cette conscience importune. Le beau slave lui semblait suffisamment galant et sûr de lui pour ne pas se sentir menacé par un peu de hardiesse féminine, mais au contraire s’en trouver flatté. Et puis, sans compter toute sa science de tacticienne amoureuse, elle l’avait fait parce qu’elle en avait envie et n’était pas prête de s’en repentir. Le contact de son avant-bras particulièrement vigoureux sous ses doigts se révélait aussi délectable que la chaleur de son corps deviné près du sien et, sous son sourire innocent, Pearl se montrait particulièrement attentive aux effets que le frôlement de son bras nu, et parfois de son épaule ronde, pouvait susciter. En dehors des propres frissons qui lui picotaient délicieusement la nuque, bien sûr… Cependant, la jeune femme ne manquait pas d’adjoindre à ce rapprochement physique brûlant de promesses une conversation des plus chastes. Encore que :

« Décidément, vous êtes de plus en plus époustouflant. Vous aviez l’air tellement à l’aise, auriez-vous déjà pratiqué les arts martiaux ? En tous les cas, je me demande quelles surprises vous recelez encore… »

Il est vrai que, même s’il avait certainement puisé sa concentration sans faille et ses gestes précis dans son expérience d’archer, Pearl n’avait pu s’empêcher de noter les réflexes remarquables dont il avait fait preuve ainsi qu’une certaine aisance qui lui donnait à penser que cette séance pouvait compter quelques précédentes. Toutefois, alors qu’ils traversaient le hall pour gagner les tapis rouges et les boiseries luxueuses du troisième étage, la jeune femme elle-même dut s’avouer qu’elle commençait à avoir du mal à se focaliser pleinement sur la discussion. La faute en revenait certainement au parfum d’Alexis, dont l’échancrure du col attirait furtivement son regard. Elle se trouva soulagée de parvenir sur le seuil du studio 32 et lâcha presque à regret le bras du beau slave pour chercher ses clés et ouvrir la porte. S’effaçant pour le laisser entrer, elle n’en jeta pas moins un rapide regard sur la pièce principale afin de s’assurer que n’y traînait pas par hasard un capharnaüm peu digne de la lady anglaise qu’elle était censée être. Heureusement, seuls quelques manteaux et une chemise reposaient sur les canapés du salon, un livre, des journaux et des tasses de thé sur la table basse, son plateau de petit-déjeuner et une revue consacrée aux desserts dans la cuisine... En bref, rien qui ne fasse partie du menu désordre qui donne de la vie à une pièce. Après avoir retiré ses chaussures, elle se dirigea vers le mini-bar en désignant le salon à son hôte :

« Installez-vous, je vous en prie. Que puis-je vous servir ? Je ne suis pas très férue d’alcools mais je pense quand même en avoir deux ou trois qui pourraient vous convenir, à moins que vous ne souhaitiez autre chose. »

Pearl buvait toujours avec une extrême modération. Il n’aurait plus manqué qu’elle se retrouve pompette en mission. Mais même si elle n’entendait certainement pas déroger à cette règle aujourd’hui, un peu d’alcool ne manquerait pas de la mettre en condition. Après tout, un petit verre de transgression ne ferait pas absolument pas de mal dans leur jeu de séduction. Une fois qu’elle eut sa réponse, elle se prépara rapidement un piña colada pour elle-même puis apporta leurs deux verres en le rejoignant sur le canapé. Lui tendant le sien, elle profita du fait que leurs yeux se croisent pour donner une touche perçante à son regard, juste l’espace d’un instant, avant de lui sourire. Puis, se calant contre le dossier tout en croisant ses jolies jambes, sans que cette fois aucun rebord de table ne vienne en masquer la vue, elle trinqua de bon cœur avec lui.

« Alors dites-moi : avez-vous pu visiter quelque peu la ville depuis notre dernière rencontre ? A moins que votre proposition ne soit toujours d’actualité… »

S’attardant sur les longs doigts fins du beau slave qui enlaçaient la surface courbe du verre, Pearl savoura l’excitation qui se faisait jour en elle à la pensée que la partie la plus affriolante de leur chassé-croisé commençait maintenant. Restait à savoir lequel des deux attraperait l’autre le premier…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 12:31
Admin
Alexis ouvrait de grands yeux ronds tandis que Pearl, sans aucune retenue, posa sa main sur son coude, lui envoyant un signal électrique dans le corps. Cette diablesse angélique lui faisait vraiment perdre ses moyens, à un point que cela en devenait inquiétant. Elle lui faisait tellement d'effet qu'il devait encore plus lutter pour cacher ses véritables sentiments et garder le contrôle, mettant à rude épreuve son dispositif défensif. Il mourait d'envie de s'offrir à elle, mais tellement de choses l'en empêchait. Ce qu'il faisait en sa compagnie, tant de personnes le feraient sans se poser la moindre question. Ce n'était pas son cas, malheureusement. Il aimerait que tout soit plus simple. 
Il devait profiter des petits plaisirs du moment tout en prévoyant par avance ce qu'il allait faire. Comme par exemple, être fier d'avoir une telle beauté à son bras. Mais prévoir, avec une miss comme elle... Cela paraissait improbable. Elle était charmante, et elle savait utiliser ses atouts pour faire perdre la tête. Et à l'heure actuelle, elle ne s'en privait pas. 
- J'ai déjà un peu pratiqué les arts martiaux, oui. 
Dit-il avec un petit sourire gêné, comme pour minimiser ce fait. Encore un beau mensonge que voila. Même s'il n'avait jamais fait d'Aikido de sa vie, le passage obligé de sa "carrière" fut l'enseignement d'un art martial appelé le Systema. Certes, Alexis n'était pas expert en la matière, contrairement à certains de ses confrères, mais il en maîtrisait les bases et savait envoyer les gens dans les choux. De plus, il avait un contrôle de lui parfait dans ces pratiques martiales et reproduisait sans difficulté les mouvements des professeurs, de sorte qu'intégrer l'aikido était plus formalité. Parmi les élèves présents ce jour-là, deux élèves étaient assez sérieux. Le kitsune mâle, le gardien de l'entrée du complexe, était un adversaire redoutable en tous les sens du terme. 
Le problème de Pearl était son côté double dans ses phrases. Elle ne faisait pas exprès, mais sa curiosité atteignait autrement Alexis qu'un humain lambda. Elle savait qu'Alexis ne se dévoilait pas facilement, et semblait très prompte à demander des détails. Ce qui n'était pas du tout une bonne idée le concernant, mais s'il tentait de l'avertir, il saurait ce qu'il se passerait ; et il ne voulait pas aller à cette extrémité. Pearl se mettait en danger en le fréquentant et s'il était honnête, il l'abandonnerait et disparaîtrait de son entourage. Hélas, elle avait un pouvoir d'attraction tel sur lui que, faible homme, il se laissait embarquer volontiers, quitte à les exposer au pire...
Arrivés devant le studio, la demoiselle chercha les clés ; un petit coin du regard du jeune homme se dirigea vers son décolleté, avant de tourner innocemment la tête. Il n'y avait pas de mal à se faire du bien d'un regard dérobé... Il la suivit dans la pièce, la regarda retirer ses chaussures et se demanda s'il devait faire de même. Hésitant, il finit par la copier et à placer sa paire bien cirée juste à la sortie, prêt de la porte. Il ne devait pas salir tout de même. Puis lorsque ce fut fait, il s'imprégna de l'ambiance des lieux. Le parfum de la jeune femme s'y déployait agréablement. L'endroit était lumineux, avec une fenêtre, loin de sa suite fermée et obscure. Sans être en désordre, la chambre vivait de la présence de Pearl, dont certains objets étaient disséminés sans que cela soit disgracieux. En comparaison, Alexis ne laissait rien traîner, la valise toujours prête au cas où il doive partir en urgence. 
Acceptant son invitation, il s'assit sur le confortable canapé, et ne se montra pas contre un verre d'alcool. Il lui demanda un verre de vodka, qu'elle lui tendit de sa main gracieuse, bien que ses yeux soient plongés dans les siens une seconde suffisante pour enflammer les sens du jeune homme.  Cette femme était un monstre. Un vrai monstre de séduction, ne ratant aucune occasion de laisser son charme envoûter sa pauvre victime. Plus le temps passait, plus Alexis sentait monter en lui du désir, qu'il luttait pour refréner. Lui n'avait jamais pu désirer quiconque, et n'avait jamais eu le choix de ses partenaires, avait finalement jeté son dévolu sur une personne tellement extraordinaire. Il ne la méritait pas, pourtant. Il le savait. Mais si une partie de lui pensait qu'il n'avait pas le droit de fréquenter cette splendide Kitsune, une autre lui soufflait de s'écouter pour une fois, dans sa vie privée de tout bonheur. Et cette partie dominait à l'heure actuelle. Faisant tourner le liquide dans le verre, il ne la quittait pas, son petit sourire en coin 
- J'ai pris le temps de visiter les magasins. Je n'ai pas encore vu la plage, mais j'ai bien l'intention d'y faire une excursion un de ces jours. Il y a tellement de choses à voir ici... A découvrir...
Son attitude laissait presque sous-entendre qu'il avait bien envie de la découvrir, elle... 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 12:32
Admin
Sitôt qu’elle le vit, Pearl décida qu’elle raffolait de ce sourire aussi discret que prometteur, adjoint aux reflets pénétrants de ses yeux noirs. Sans qu’elle ne puisse le maîtriser, ce qui aurait pu la contrarier quelque peu, son cœur prit le trot pendant quelques instants avant qu’elle ne reprenne le contrôle et ne réponde en souriant également à l’évocation de son programme de découverte, de la plage et autre…

« Oh, elle est splendide, croyez-moi. Et pleine de surprises… »

Au premier degré, c’était effectivement le cas puisque jamais elle ne se serait attendue à croiser une étoile montante du volley-ball sur cette plage de sable fin, quelques semaines plus tôt. Et au second, un observateur attentif ne manquerait sûrement pas de remarquer la chair de poule fugitive qui lui embrasa la peau. La jeune femme décroisa les jambes pour les allonger dans la direction du beau slave pour chasser ce frisson importun, quoique délicieux. La montée du désir était toujours quelque peu embarrassante pour elle. Malgré tout l’agrément qu’elle pouvait en tirer, quand on a l’habitude de tout avoir sous contrôle à commencer par son propre corps, c’est légèrement frustrant de voir peu à peu ses réactions n’en faire qu’à leur tête. Oui, c’était stupide comme réflexion mais elle n’y pouvait pas grand-chose. Maintenant qu’ils étaient là, lovés l’un face à l’autre dans le confortable canapé et l’intimité de son studio, Alexis éveillait en elle nombre de pensées et de pulsions fougueuses qui exacerbait la sensibilité de son corps. Une seule solution pour conserver son sang-froid le plus longtemps possible : continuer de jouer. Changeant de position pour se mettre plus à l’aise, Pearl raccourcit imperceptiblement la distance qui les séparait, le mot « imperceptiblement » étant à prendre au sens de « suffisamment pour faire douter juste ce qu’il faut de l’intentionnalité de cette approche ».

« En tous les cas, je suis heureuse de constater que vous avez l’air de profiter de vos vacances de multiples façons alors que vous n’êtes là que depuis peu. C’est à se demander où s’arrête votre curiosité. »

Portant son verre à ses lèvres, elle prit quelques secondes pour lui jeter un regard brûlant par-dessus le rebord :

« J’aime cela, chez un homme… »

Avant de savourer une gorgée de son piña colada, presque aussi intensément qu’elle savourait la tension érotique qui grimpait entre eux. Ses sensations à fleur de peau lui disaient tout du regard d’Alexis sur elle et de la proximité de son corps, si loin sur la banquette, au point qu’elle ne pouvait plus ignorer le désir qu’elle avait de sentir ses mains l’effleurer. Cela lui rappelait, de façon troublante et désagréable, ce qu’un autre homme arrivait à faire naitre au plus profond d’elle-même pour sa plus grande contrariété. Mais elle n’était pas en état d’y penser pour l’instant. Se penchant pour poser son verre sur la table basse et adressa un nouveau regard vibrant à Alexis, les lèvres entrouvertes sur un sourire presque provocant :

« A ce propos, il me vient à l’esprit que j’ai complètement oublié de vous demander si vous séjourniez seul ici… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 12:32
Admin
Ce n'était plus boire autour d'un verre. C'était un duel. Chacun y allait de sa petite remarque, de son regard, de ses réactions pour enflammer l'autre. Il fallait être aveugle pour ne pas remarquer qu'ils avaient une attirance mutuelle, et ce serait à qui tomberait en premier. Les phrases de la jeune femme, qu'Alexis savait totalement étudiées, revêtaient un terrible double sens qui résonnait dans l'esprit du bel homme. Dans sa tête, il ne peut s'empêcher de penser :"oui, en effet vous êtes splendide et pleine de surprises"; alors que le sujet initial était la plage. 
Cette kitsune savait exactement comme s'y prendre pour faire tourner les hommes en bourrique. Alexis pouvait se tromper, mais il se doutait qu'elle n'en était pas à sa première fois. Elle savait charmer et le faisait avec délectation, et s'y entendait pour faire perdre le moyen aux hommes. Pour le moment, il tenait bon, jouant le jeu, renvoyant la balle par des regards, des gestes (comme caresser les courbes de son verre d'alcool, se passer la main dans les cheveux). Mais force était de reconnaitre qu'à ce jeu-là, elle était plus douée, et le fait d'être une femme permettait certains coups bas qu'il ne pouvait imiter. Si chez elle, c'était séduisant, chez lui cela aurait pu être pris pour de la vulgarité. Et oui, le jeu de la séduction était plus difficile pour les hommes. 
Elle se rapprochait de lui, millimètre par millimètre, avec une discrétion telle qu'Alexis se demandait s'il n'avait pas rêvé. Quant à ses jambes qu'elle avait étiré vers lui, elles étaient longues et dévoilaient la peau qu'il supposait douce, à tel point qu'il avait envie d'avancer les siennes pour pouvoir les effleurer, mais il ne le fit pas. Pire, il replia les jambes sur lui. 
- Oh, croyez-moi, j'ai tellement de choses à voir que ma curiosité ne saurait être asouvie facilement. 
"Moi aussi, je suis fort en double sens !" pensa-t-il avec une malice déguisée derrière son sourire en coin. Et pourtant, alors qu'il avait renvoyé la balle avec talent, Pearl parvint à répliquer avec une simplicité dévastatrice qui le toucha au point que qu'il en perdit ses moyens. "J'aime cela chez un homme..." Elle marqua un point au moment précis où il se mit à rougir, chose qui ne lui était jamais arrivé depuis fort longtemps (et encore, les rares fois où il avait rougi n'étaient pas des souvenirs bien agréables...). Il n'arriva même pas à lui donner une réponse, la laissant gagner du terrain sur lui. Son système d'alerte intérieur l'avertissait d'un danger imminent : il n'était plus en état de réfléchir posément et devait peut-être se rétracter et cesser immédiatement ce flirt, quitte à partir. Et surtout, ne jamais plus la revoir. Pearl, comme il le craignait depuis la discussion sur le toit, était une femme trop dangereuse pour lui. 
Hélas, il était bien faible, car comment renoncer, dans une vie où il n'avait guère connu un tel moment de bonheur ? Une partie de lui incitait à arrêter, mais la seconde partie de lui au contraire lui ordonnait de ne pas bouger et de continuer. Pour une fois qu'il avait l'occasion de désirer une personne, qu'on ne lui imposait pas une conquête, il serait bien bête de faire demi-tour ! Pourquoi n'aurait-il pas droit à ça ? Une seule fois ? Personne ne le surveillait ! Personne ne le saurait ! Son esprit parti en balade se raccrocha de justesse à la voix de Pearl, entendant seulement les derniers mots. 
- Euh... euh oui, en effet... Je voyage seul... J'...
Catastrophe, il balbutiait à présent. Il ne savait pas comment répondre et comment avancer ses mensonges de couverture. Devait-il en rester là ? PArler de sa fausse vie ? Pour dire quoi ? Son cerveau réfléchissait à toute allure pour trouver une échappatoire en vitesse.
- Je n'ai pas de tendre amie avec qui partager ma vie. Le tir à l'arc est un très sérieux rival qui occupe tout mon temps ! Et vous-même ? Une belle femme comme vous ne saurait être délaissée d'une galante compagnie !
Piouff... Il s'était raccroché aux branches de justesse ! LA chute n'était guère loin !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 12:37
Admin
]
« Je n’en doute pas. J’espère que j’aurai l’occasion de partager vos découvertes… »

Et comment. Surtout s’il s’évertuait à faire grimper la tension de cette façon. Le mouvement caressant de ses doigts sur l’arrondi de son verre ou les longueurs de ses beaux cheveux noirs tenait de la provocation tout autant que les propres signaux qu’elle ne cessait de lui envoyer et Pearl voyait là un aperçu du délectable supplice qu’elle pouvait infliger à ses cibles. Résister au beau slave devenait de plus en plus dur à mesure que leur conversation se poursuivait et que le désir de mêler ses lèvres aux siennes ou d’offrir les courbes de son corps à l’exploration de ses mains se faisait impérieux. En tout les cas, Alexis se révélait lui aussi plutôt doué en matière de séduction et rendait le face-à-face particulièrement savoureux. Elle s’avéra même prise de court, et délicieusement frustrée il faut l’avouer, lorsqu’il esquiva la proximité de sa jambe avec un parfait naturel et un but calculé, pour pimenter leur échange. La jeune femme ne put que saluer ce coup de maître par un nouveau sourire et un regard entendu, appuyé par un léger mouvement de tête qui dégagea une boucle baladeuse de devant son visage, exposant brièvement l’arc de son cou. Décidément, cet adversaire se montrait bien joueur… Aussi faillit-elle trahir son étonnement lorsqu’il lui présenta une telle faille dans ses défenses.

Pearl savait que son angle d’attaque s’avèrerait des plus efficaces, d’une façon ou d’une autre. Mais elle ignorait qu’elle ferait mouche au point de faire rougir l’imperturbable champion de tir à l’arc, le laissant sans voix pendant quelques secondes. Incroyable ! Pearl ne put empêcher son cœur de bondir dans sa poitrine et elle but une autre gorgée de son verre pour dissimuler le sourire qui lui vint aux lèvres. Il ne s’agissait pas d’un sentiment de victoire qui parsemait sa peau de frissons impatients, mais plutôt d’une forme d’ivresse à l’idée d’avoir mis à jour avec autant de sûreté le désir qu’il éprouvait à son égard. Pour perdre ainsi ses moyens au point de bégayer en répondant à sa question, même brièvement, simplement parce qu’elle avait laissé entendre de manière un peu plus frontale à quel point il lui plaisait, nulle doute qu’il lui ferait bientôt profiter de son ardeur. Cette pensée allumait des étincelles tout le long de son dos. Les yeux brillants et les lèvres rougies, Pearl décida aussitôt de lancer l’attaque décisive. Peu importait qui serait déclaré vainqueur, si tant est qu’il y ait réellement un vainqueur. Elle avait suffisamment fait montre de ses talents de séductrice pour accepter de s’incliner face à ce qu’Alexis éveillait chez elle. Riant légèrement alors qu’il lui retournait sa question précédente, elle reposa de nouveau son verre sur la table avec la ferme intention de l’y laisser et plongea son regard dans les profondeurs des prunelles sombres face à elle.

« Votre compliment me flatte, même si je suis effectivement venue ici en riche célibataire. Mais… »

Elle s’était suffisamment rapprochée durant leur discussion pour qu’un gracieux mouvement du bras lui permette d’aller effleurer la main d’Alexis sur son verre, de façon tout à fait affiché cette fois-ci. Un souffle brûlant lui parcourut les reins et elle dut se retenir de se mordre la lèvre tandis que son infime caresse remontait le long de ses doigts avant de se couler lentement vers son poignet, avec une langueur des plus provocantes.

« Je ne m’estime pas moins en galante compagnie pour autant… »

Parvenue à la frontière de son avant-bras, ses doigts hésitant malicieusement à la lisière de la manche de sa chemise, son regard interrogea le beau slave avant qu’elle ne reprenne la parole, relevant le visage vers lui. Malgré tous les efforts qu’elle déployait pour rester discrète, elle ne pouvait jurer qu’il ne remarquerait pas que son souffle se faisait plus court sur ses lèvres, infimement entrouvertes.

« Et vous, Alexis ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 12:37
Admin
Alexis avait perdu du terrain. Il ignorait s'il réussirait à récupérer, car elle avait pris un bel avantage. Elle était plus maline que lui, cela devait venir du côté Renarde rusée. Et même s'il n'était pas né de la dernière pluie, il se savait moins débrouillard que la demoiselle. Il ne se laissait jamais démonter parce qu'il était forcé. Là, il avait envie, et il était libre de faire ce qu'il voulait. Voila pourquoi il éprouvait des difficultés à rester stoîque, ses yeux noirs plongés dans ceux brillants de la belle. Au moins, il savait qu'il ne l'indifférait pas, ce qui était sa crainte. Ainsi, il y aurait des chances qu'elle ne le repousse pas s'il tentait quoique ce soit. 
Elle avait l'ascendant et semblait tenir son avance sur lui, osant la première un toucher de la main, puis de remonter jusqu'au poignet en soulignant le tout d'une phrase flatteuse. Il était une galante compagnie ? 
- Je suis en charmante compagnie. 
 
Langage verbal et du corps étaient de plus en plus éloquants, et Alexis se sentait de plus en plus tenté de passer lui-aussi à l'étape supérieure. Après tout, le souffle de PEarl devenait de plus en plus court, ses lèvres légèrement entrouvertes invitaient à les goutter. Quand à la douceur de son toucher, il ne pouvait plus y réssiter. Pour la première fois de sa vie, il avait choisi de séduire quelqu'un volontairement, quelqu'un d'irresistible et qui lui plaisait au point de le décontenancer et de lui faire tomber son masque de froideur. Jusqu'alors, ses relations sexuelles avaient été déterminées par la Maîtresse, il n'avait jamais eu l'opportunité de choisir ses partenaires. "Elle" lui avait imposée de séduire ses cibles et faire une diversion pour mieux les tuer, mais surtout pour contraindre Alexis quoiqu'il fasse, pour le contrôler en permanence, même sur cet aspect de la vie. 
- Très charmante compagnie...
C'était fini. Il n'avait plus aucune réplique à sortir pour jouer et marquer des points. Il avait perdu devant cette intelligence fine dont il se sentait dépourvu, tellement plus habitué à obéir que par réfléchir par lui-même. Quelque chose en lui (l'instinct, le désir) avait pris le volant et l'amenait en terrain à la fois connu et inconnu. 
Il sentit son corps frissonner par ce simple contact de la main. Il répliqua avec la même lenteur et remit la boucle rebelle de Pearl derrière son oreille. Se rapprochant d'elle sur le canapé, tout douceur pour ne pas se montrer empressé, il laissa sa main droite sur la joue de l'hybride et pencha sa tête vers la sienne. Il attendit de voir si elle acceptait, avant de se lancer, quitte à se prendre une gifle. Mais au moins, il aurait goutté quelques secondes à sa propre initiative. Il déposa ses lèvres sur les siennes pour lui voler un baiser. C'était déguster un fruit, à la fois velouté et sucré. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 12:38
Admin
Plus encore que ses mots, la voix grave d’Alexis, rendue plus profonde encore par le désir qu’elle devinait dans son regard intense, fit aussitôt danser une myriade d’étincelles ardentes au creux de son ventre. Son cœur s’emballa délicieusement et Pearl eut immédiatement la certitude que la partie était terminée. Ni l’un ni l’autre n’avait plus envie de se cacher et l’envie se faisait jour quasiment d’elle-même. Quand à savoir qui était le gagnant pour cet étrange jeu, cela n’avait plus aucune espèce d’importance. Elle n’arrivait même plus à se souvenir (pour le moment) des soupçons qu’elle avait nourris à l’égard du beau slave ou de ce que sa curiosité avait pu lui souffler comme détails intrigants à son sujet. Elle voyait l’ardeur naissante dans ses yeux, fourmiller sur sa peau, guider sa main vers son visage avec la même langueur qui avait accompagné son geste et elle en tressaillait déjà de volupté. Après tout, ce n’était que cela qu’elle avait recherché depuis le début. Toute son approche savante et ses pièges délectables pour faire tomber une à une les barrières de l’élémentaire courtoisie n’avaient eu comme but que ces doigts caressants sur son visage, remettant en place une de ses mèches d’encre avec un art consommé. Cette sensation abreuva sa peau de frissons imperceptibles qui couraient sans cesse sur chaque parcelle de son corps, allant, venant et s’intensifiant à mesure qu’Alexis réduisait la distance qui les séparait. Ses beaux yeux dorés tombèrent d’eux-mêmes sur ses lèvres alors que son visage se rapprochait, avant de se laisser happer par ses prunelles noires et vibrantes. Quel artiste, décidément…

Pearl ferma les yeux pour savourer les flammèches de plaisir courant sur sa peau lorsque sa bouche se posa doucement sur la sienne. Ses lèvres étaient chaudes, souples et douces et elle en savoura le premier contact avant d’en augmenter doucement la pression, lui rendant son baiser avec lenteur. Sa main reprit la route entamée plus tôt et remonta sans se presser le long de son bras et de son épaule pour venir se perdre au creux de son cou tandis que l’autre s’abandonnait à la découverte de la chevelure noire et lisse du beau slave. Depuis le temps qu’elle en avait envie… Le cœur battant la chamade malgré l’indolence de ses gestes, Pearl se sentait succomber au désir qu’elle avait tenté de maîtriser. C’était d’autant plus contrariant qu’elle y éprouvait une excitation de plus en plus grande. Après tout, il n’y aurait pas du avoir matière à se laisser aller ainsi, il ne s’agissait en fin de compte que d’un homme. Un homme qui éveillait ses sens, embrassait sa peau d’un regard et faisait taire sa raison par le seul appel enivrant de son corps, certes… mais toutes ces sensations auxquelles elle ne pouvait résister lui rappelaient celles qu’elle éprouvait dans les bras d’un autre homme, lui aussi doté du pouvoir de dérégler la boussole de sa raison et cette pensée l’agaçait tout autant qu’elle l’enfiévrait. Ne pouvait-il donc cesser de l’importuner même quand il n’était pas là, celui-ci…

Sans plus s’occuper de ses troubles intérieurs (du moins, pas de tous), Pearl s’enhardit légèrement et ouvrit d’une douce pression de ses lèvres la bouche de son amant, afin d’inviter sa langue à se joindre au bal. La saveur ensorcelante de ce baiser lui fit tourner un instant la tête, de façon délicieuse. Ses mains se retinrent à la nuque et aux épaules solides d’Alexis de façon plus étroite, diminuant encore l’écart entre leur deux corps. Le souffle court, la jeune femme rompit un instant le contact et s’éloigna de quelques centimètres du visage du beau slave, les joues rosies et l’ombre d’un sourire dansant de nouveau sur sa bouche :

« Je risque de perdre un peu de ma bonne éducation. J’ose espérer que vous n’en serez pas fâché… »

Une bien élégante façon de sous-entendre que Pearl mourrait d’envie d’agir comme une naughty girl…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 12:38
Admin
Des réactions encourageantes firent écho aux premiers contacts du perdant de la partie, celui qui avait craqué en premier. Mais jamais perdre n'était aussi agréable... Il pouvait presque sentir les frissons de la belle, et ses mains audacieuses s'avancer pour des caresses avec une lenteur aussi douloureuse que délicieuse. Pour une fois dans sa vie, Alexis allait goûter à la réciprocité, car l'un comme l'autre avait envie de découvrir le partenaire. Le corps ne mentait jamais, et même le meilleur acteur du monde se faisait trahir par sa propre enveloppe charnelle. Alexis appuyait de plus en plus son baiser, leurs langues s'entremêlaient langoureusement, ne faisant qu'augmenter leur désir à chacun. Après s'être abreuvé des lèvres de la belle Pearl, il s'arrêta une petite seconde pour répondre à son avertissement de tantôt.

- Pas le moins du monde. J'espérais même le contraire....

Il reposa à nouveau ses lèvres sur les siennes, pour un baiser volé, avant de descendre sa bouche sur son cou gracile, qu'il embrassa à plusieurs reprises, par de petits contacts humides, et de continuer sa descente. Leurs corps communiquaient la chaleur de leur désir et leur envie d'aller plus loin, et Alexis profitait de ce répondant, qui était si nouveau pour lui. Il descendit ses baisers depuis le côté droit du cou vers l'épaule, avant de continuer son chemin vers la poitrine et les seins de Pearl, de les embrasser à travers ses vêtements. Il devina, malgré la présence du tissu de la robe rouge, le durcissement des pointes, ce qui le satisfait particulièrement. Pour autant, il ne la déshabilla pas, pas de suite. Ses mains suivaient le même trajet que ses lèvres, lui caressant les lèvres qu'elle avait si douces, puis son cou, sa gorge, ses rondeurs. Juste un effleurement, qu'il savait à la fois sensuel et léger. Puis il quitta sa position assise pour se mettre à genou au sol et descendre sa promenade le long du corps de l'hybride, son ventre, pour arriver au bas ventre. Là, sans forcer ce mouvement, il poussa la jambe droite de Pearl pour l'écarter légèrement de sa jumelle, et à travers la robe courte, embrassa le sanctuaire mystérieux. Mais il ne s'arrêta toujours pas et sa bouche continua son exploration, passant sur les cuisses, dont la peau si rose et si tendre lui rappelait celle d'une pêche, invitant à très vite goûter au fruit défendu. Enfin, il persista à l'embrasser sur les jambes, les mollets et arriva à ses pieds, commençant enfin à dénuder presque pudiquement ces derniers en retirant les chaussures de la renarde.

***
Première parenthèse concernant la sexualité très particulière d'Alexis. Ayant appris par obligation et non par plaisir véritable, il incarne un rôle ambigu de soumis et de dominant. Entièrement dévoué au plaisir de l'autre et jamais au sien, il ne laisse jamais l'initiative à son partenaire, le comblant d'attention sans laisser l'opportunité d'une réplique. Ne choisissant jamais ses amants, hommes ou femmes, il obéissait aux ordres de la Tête de son clan, qui l'obligeait à faire plaisir à ses futurs cibles avant de leur donner la mort. La Maîtresse n'était pas réputée pour sa finesse d'esprit : c'était pour elle le moyen de continuer à asservir jusqu'au moindre détail son jeune tueur talentueux. Parfois, Alexis n'avait pas d'autre choix que de stimuler chimiquement le désir par l'intermédiaire d'une petite pillule bleue, trouvant ce système pathétique, mais ne pouvant faire autrement. Pendant tout l'acte, il essayait de se justifier et d'appaiser la tristesse en lui à l'idée de tuer la personne avec qui il couchait en leur offrant un maximum de plaisir avant qu'elle ne quitte cette terre. Ainsi, il est entièrement dévoué à l'autre et ne s'était jamais accordé le moindre retour, ne laissant aucun répit.
Il se doutait qu'avec Pearl, puisqu'il n'y avait pas la mort  à venir après leur communion, il allait sur un terrain qu'il ne connaissait pas. Pourtant, il continuait de fonctionner de la seule manière qu'il pratiquait : donner sans recevoir.

***

Se relevant un peu sur le fauteuil, collant son corps contre celui si attirant de PEarl, il la réembrassa comme s'il avait oublié le goût de ses lèvres. Il respira le parfum qu'elle portait, caressa ses cheveux, joua avec ses mèches qu'il entortillait autour de son index, passa sa main sur ses oreilles hybrides au duvet si agréable. Il s'arrêta sans brutalité, lui souria un instant, d'un sourire si sincère qu'il le surprit lui-même. Il n'avait pas souri ainsi depuis... Il n'arrivait même pas à se souvenir. Pearl n'était pas seulement son amante en ce jour, c'était aussi un rayon de soleil dans son ciel orageux.

Avec beaucoup de délicatesse, il commença à baisser le corsage de sa robe, découvrant la poitrine généreuse de Pearl, qu'il admira en silence quelques secondes avant de caresser de son index le téton droit et dur. Une petite cerise qui ne demandait qu'à être dégustée. Il pencha sa tête vers le corps de sa déesse,  laissa sa langue prendre le relais et dessiner les reliefs du sein droit, s'attardant particulièrement sur la pointe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 12:41
Admin
Les yeux mi-clos, Pearl regardait sans le voir un point flou quelque part sur le mur, la tête légèrement relevé en arrière et tous les sens absorbés par le délicat chemin des lèvres d’Alexis le long de sa peau. Un cortège de contacts aussi légers que grisants qui s’avérèrent de plus en plus incendiaires au fur et à mesure que le slave continuait sa lente course. La jeune femme ne put retenir un gémissement lorsqu’il l’embrassa à travers sa robe. Se sachant séparée de son amant par le fin tissu, elle en devenait d’autant plus sensible et le désir qu’elle avait de sentir ses baisers directement sur elle ne faisait qu’exacerber son désir à fleur de peau à chacun de ses passages. Son souffle court soulevait sa poitrine, moulant ses courbes aux mains expertes d’Alexis qui la caressait avec une habileté sensuelle, ses tétons durcis tressaillant sous le corsage lorsque d’aventure un de ses doigts se perdait dessus. Pour sûr, c’était un expert dans l’art d’attiser les ardeurs, ce qu’en toute honnêteté elle n’aurait pas soupçonné lorsqu’elle l’avait rencontré, si réservé et calme sur le champ de tir. Sans lui enlever un seul centimètre carré de vêtements, il lui faisait perdre le contrôle comme si elle était déjà nue sous ses doigts. Les joues rougies par l’excitation, elle se laissa légèrement aller contre le dossier du canapé alors que le beau slave mettait genou à terre pour continuer sa folle descente. Un long frisson lui échappa lorsqu’il écarta tendrement ses cuisses pour venir embrasser son entrejambe, ses lèvres ne la touchant presque pas et laissant les braises de son désir lui faire éprouver le contact brûlant presque plus sûrement que s’il avait été réel. La douce pression de sa bouche sur ses cuisses n’en fut que plus intense alors qu’il achevait de tomber le long de ses jambes. Le cœur battant à toute allure, Pearl était incapable de quitter du regard les yeux sans fonds et pourtant étincelants de cet homme qui prenait soin d’elle avec une attention et une ardeur maîtrisée à l’extrême. Plus que jamais, la sensation d’être vierge sous ses baisers frisela sur sa peau blanche, exactement de la même façon que lors d’un soir à New York, il y a longtemps de ça. La délivrance vint enfin lorsque le fiévreux parcours de ses baisers s’acheva sur ses pieds, qu’il dénuda avec dévotion.

Ce fut presque un soulagement que de l’accueillir à nouveau contre elle, se donnant corps et âme dans cette folle étreinte de leurs lèvres jointes. Son corps ondulant doucement sous le sien, Pearl abandonna ses mains dans sa chevelure nocturne, sur ses épaules vigoureuses, les reliefs virils des muscles de son dos. Elle le laissa faire de même, fermant les yeux sous ses caresses. Ses prunelles dorées ne se rouvrirent que sur le sourire d’Alexis, si pur et inattendu qu’une vague de plaisir remonta du creux de ses reins comme s’il l’avait touchée. Mais quel était donc cet amant qui lui faisait éprouver tant avec si peu ? Quel était ce feu au creux de son ventre et de son cœur, qui ressemblait tant à celui que fait naître un autre homme aux yeux fauves ? Ses doigts vinrent caresser avec une tendresse incandescente le visage du beau slave, comme pour tenter de percer le mystère de ce sourire, en explorer les facettes et lui rendre pareilles sensations. Puis Alexis replongea dans les courbes de sa peau, abaissant avec douceur le corsage de sa robe pour admirer sa poitrine des yeux, puis des lèvres. Un long gémissement de plaisir lui échappa tandis que la jeune femme tentait en vain d’endiguer les flèches de feu que les douces ondulations de sa langue semaient en elle. Ses mains s’enfouirent à nouveau dans ses cheveux sombres et elle renversa la tête en arrière en se mordant la lèvre. Mon Dieu, qu’il était doué… La pointe de sa langue, le bout de ses doigts, le creux de ses paumes, tout la rendait folle. Plus d’une fois, ses gémissements vibrèrent dans sa gorge tandis qu’il prenait soin d’elle ainsi. Cependant, Pearl n’était pas femme à se laisser combler passivement de la sorte. Même si elle s’adaptait un minimum à ses partenaires dans le cadre de ses missions, elle restait tout de même partisane du plaisir partagé, surtout lorsqu’il lui permettait de garder un minimum de contrôle sur ses émotions. Ses mains ne tardèrent donc pas à s’attaquer à la chemise d’Alexis, dénudant peu à peu son torse et ses épaules pour y semer ses caresses. Langoureusement, sa cuisse s’insinua contre l’entrejambe de son amant pour la masser avec lenteur. Et lorsque les pointes de ses seins devinrent presque douloureuses à force d’être sensibles, la jeune femme se servit de cet appui pour repousser sans prévenir son amant et l’allonger à son tour sur le canapé. Prenant sensuellement place au-dessus de lui, elle lui souffla :

« Jamais je ne pourrais tenir si vous me donnez tant de plaisir en si peu de temps… Permettez… »

Elle fit aussitôt taire toute éventuelle protestation d’un baiser, puis ses lèvres quittèrent les siennes pour explorer la courbe de son menton avant de se perdre au creux de son cou, savourant son parfum. Sa langue prit le relai pour remonter le long de sa mâchoire et taquiner son lobe d’oreille. Et sans que ne cessent ces incursions sur les nerfs sensibles de sa gorge, ses mains caressaient son torse athlétique, se délectant des subtiles saillies de ses muscles vifs sous ses doigts, s’attardant sur la peau fine de ses tétons. De longs frissons parsemaient son échine alors qu’elle moulait son corps à celui d’Alexis pour ondoyer souplement contre lui, ne rien perdre des sensations électriques qui les tenaillaient tous les deux en quelques gestes à peine. Tout comme lui, ses baisers chutèrent lentement jusque sur son torse tandis que sa cuisse avait l’air de rien repris sa place contre son entrejambe…
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 16:32
Admin
Comme il devait s'en douter, Pearl n'avait pas l'intention de rester sans rien faire. Beaucoup de personnes n'aiment pas rester passives pendant l'amour, et Alexis avait eu du fil à retordre, poussant sa nécéssité de satisfaction de l'autre pour empêcher d'agir. Avec elle, au moins, il savait qu'il pouvait s'abandonner, même s'il avait quelques réserves. Il allait devoir lâcher du lest. Fort difficile pour lui. Cependant, devant la perspective de ressentir enfin pendant un échange charnel, cela méritait de se laisser aller. 
Cela commença en douceur. Alexis sentit sa chemise se faire déboutonner, avant de glisser doucement de ses épaules et tomber à terre, révélant son corps imberbe et élégament musclé. Le premier contact des caresses de Pearl le fit instantanément frissonner, mais ce ne fut rien par rapport au contact avec la cuisse. Le jeune homme sentit cette partie de son anatomie le brûler agréablement, son désir ne demandant qu'une libération pour s'exprimer pleinement. Il était peut-être doué, mais Pearl l'était indéniablement aussi, avec ce brin de malice et de jeu, telle l'allumette éfleurant à peine la chandelle, juste assez pour faire ressentir la chaleur, mais pas pour enflammer. Il se laissa plaquer sans résister contre le canapé et la regarda se positionner au dessus de lui, lui offrant une belle vue sur ses copieux attributs. Elle n'était pas encore complètement nue, et déjà elle annonçait un corps de rêve. Pearl, une vraie femme fatale. Ne lui laissant aucun répit, elle l'embrassa d'abord sur la bouche avant de procéder de la même manière que lui, par un chemin de caresses parcourant son corps agréablement, repérant avec succès les zones sensibles et les honorant de doux baisers. Leurs corps étaient lovés l'un contre l'autre, évoquant presque la suite de leur duel de patience, pour savoir qui serait le premier à craquer face à l'autre et passerait à l'étape suivante. Et pour l'instant, celle qui marquait des points était Pearl, experte en la matière, capable de faire tourner la tête des hommes même les plus stricts. L'attention portée à ses parties érogènes sensibles, tétons et sexe, se faisaient de plus en plus difficiles à soutenir sans ciller, et finalement, les lèvres d'Alexis s'entrouvrirent d'un léger soupir, à peine audible, mais annonciateur de nombreux autres plus sonores. 
La demoiselle savait vraiment y faire pour ouvrir les hostilités...
Alors qu'il était allongé sur le canapé, Alexis se releva un peu pour mieux l'observer. Cette femme était si belle... si gracieuse... intelligente... douée... Il se demandait vraiment s'il la méritait, et la conclusion était bien évidemment : non. Elle ne savait pas pour lui et espérait vivement qu'elle ne l'apprenne jamais. 
Ses lèvres avaient atteint son nombril. Elles continuaient leur périple vers un endroit plus sensible encore, qui commençait vraiment à lui faire mal tellement le prisonnier avait envie de s'évader. Alexis attendait avec impatience, mais aussi avec crainte. Pour avoir déjà procédé avec des hommes à ce genre d'attention, il savait d'expérience qu'il risquait de perdre le contrôle qu'il avait sur lui-même. 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 16:33
Admin
Comme elle s’en doutait, Alexis se montrait peu expansif pour l’instant, du moins en apparence. La plupart des hommes ne clamaient pas ouvertement le plaisir qu’ils éprouvaient, pas si tôt en tout cas. Cependant, Pearl ne s’en souciait pas. Elle avait suffisamment d’expérience pour repérer les autres signes évidents des sensations qui embrasaient son corps et s’en délecter. Les frissons embusqués dans son souffle, les tressaillements courant sur sa peau, la caresse intense de son regard sur elle, et ce soupir infime qui lui échappa, lui donnant encore plus de cœur à l’ouvrage. Elle le sentait palpiter tout entier de plaisir contenu et cela suffisait amplement pour attiser son propre désir à un point presque insoutenable. Mais même si elle mourrait d’envie de l’accueillir en elle sans plus attendre pour libérer enfin la myriade d’éclairs qui dansaient au creux de son ventre, il ne serait pas dit qu’elle précipiterait les choses. Tout en retraçant langoureusement les reliefs musclés de son ventre, lui jetant de temps à autre un regard sulfureux, l’une de ses mains remonta avec lenteur de long de sa cuisse, vers cette érection brûlante dont elle devinait la pression. Tandis que de petits coups de langue éprouvaient la puissance de ses abdominaux, elle s’attaqua à sa ceinture et son pantalon pour délivrer enfin le prochain objet de ses attentions.

Si ses doigts l’effleurèrent à peine, ce fut en revanche le doux poids de la poitrine de la jeune femme qu’Alexis put sentir en premier. Pearl ferma les yeux et frissonna en sentant le membre gonflé de chaleur se lover entre ses seins, qu’elle prit plaisir à comprimer un peu alors que ses baisers se déplaçait progressivement vers le bas. Pour autant, elle ne mit pas fin tout de suite à l’attente du beau slave. Ses lèvres et sa langue se portèrent sur la peau fine du haut de ses cuisses, effleurant à plusieurs reprises ses testicules et son sexe sans jamais le caresser franchement, de façon à porter l’envie à son summum. Parce qu’elle éprouvait elle aussi par procuration une volupté intense à ce préliminaire, elle mettait un point d’honneur à en faire durer le plaisir et à rendre son partenaire aussi réceptif que possible, quitte à le faire languir un peu. Lorsqu’elle commença à le sentir tressaillir contre ses seins, comme animé de vie propre, alors seulement elle consentit à cesser sa torture. Ses lèvres se posèrent à la base de son sexe et elle se laissa un moment enivrer par son parfum capiteux. Caressant tendrement ses testicules du bout de la langue, elle jeta un regard vers son visage, attentive à ses moindres expressions, avant de remonter doucement le long de sa verge pour venir embrasser son gland. De nouveau, sa langue prit sensuellement le relai sur le sommet avant qu’enfin elle ne le prenne en bouche. Lentement d’abord, elle continua de le lécher et de l’explorer avec délectation, puis elle ferma les yeux et commença de voluptueux va-et-vient autour de son membre, l’accueillant un peu plus loin à chaque fois. Qu’il était bon de lui donner du plaisir ainsi… L’excitation consécutive d’Alexis embrasa la sienne et quelques gémissements étouffés par son sexe entre ses lèvres pouvaient parfois se faire entendre. Depuis qu’elle avait découvert les subtilités de l’acte charnel, Pearl adorait les fellations et déplorait quelque peu les femmes qui trouvaient cette pratique dégradante. Après tout, correctement exécutée, c’était au contraire le meilleur moyen de mener la danse et de tenir un homme à sa merci. Le désir de la jeune femme était à son comble alors qu’elle donnait plus de vigueur à ses mouvements, pressant de nouveau ses seins contre la base du sexe de son amant. Même s’il n’était pas question de dominant ou de dominé entre eux, elle jouissait sans conteste des sensations incandescentes qu’elle sentait déferler dans tout le corps d'Alexis. Sa propre intimité était devenue brûlante et humide et elle ne tarda bientôt pas à y aventurer ses doigts. L’après-midi s’annonçait décidément des plus torrides…
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 16:34
Admin
Pearl savait vraiment s'y prendre comme une reine. Alexis, pour sa première réciprocité, n'aurait pu prendre autant de plaisir au point qu'il se concentrait sur chaque partie de son corps qu'elle parcourait afin de ressentir encore plus fort le contact. Non seulement, chacun de ses baisers le foudroyait de bonheur, mais elle conservait un regard sur lui qui l'enflammait dans tout son être. Elle restait égale à elle-même, en toutes circonstances. Lui, répondait avec une expression passionnée, souriant sincèrement, redevenant pendant leur union Alexis tout court, et non Alexis-Archer. 
Il eut un petit sursaut quand elle commença à défaire son pantalon et à le faire glisser sur ses chevilles. Un sursaut mêlant appréhension et impatience. Son sexe n'avait jamais reçu cette attention, alors qu'Alexis avait honoré ceux des autres. Et vu à quel point la demoiselle savait y faire, il ne doutait pas une seconde qu'il connaîtrait les mêmes sensations que ses anciennes cibles. Une fois libéré, son sexe en érection parlait à sa place. Mais au lieu qu'elle ne le prenne en main, elle le positionna entre ses seins pour une caresse très spéciale qu'il n'aurait jamais soupçonné. Il apprécia ce moment avec délectation, ayant l'occasion entre une fois d'admirer les magnifiques atouts de son amante, qui se montrait d'ailleurs fort cruelle. 
Elle faisait monter son désir à un point que cela en était insupportable, avec son regard de diablesse. L'embrassant sur ses cuisses, faisant des incursions sur son pénis mais sans s'y attarder. Cela tenait du supplice ! Il ne tenait plus !  Peu à peu, la raison d'Alexis disparaissait au profit de l'abandon total, il était perdant dans cette lutte avec elle, elle était trop forte pour lui. Mais être défait ainsi n'était pas une vraie défaite. Dans ses conditions, il acceptait avec enthousiasme de perdre ! 
Après l'avoir menée à la baguette, elle le délivra de son attente. Il ne fut pas déçu, et sous l'ampleur du phénomène, ses dernières résistances s'affaissèrent. Le laconique russe ne put empêcher un long soupir. C'était si bon... Elle caressait la moindre part de son membre, au point qu'il en perdait la tête par ses attentions appuyées. Il serra le tissu du canapé dans ses poings, gigotant malgré lui sous l'effet de cette douce torture. 
- ah...... hm....... 
Il en ferma les yeux pour augmenter encore plus son ressenti. Son sexe appréciait tellement qu'il manquait de se laisser aller, et il fit un effort magistral sur lui-même pour ne pas tout gâcher immédiatement. Que c'était difficile, entre le toucher humide de la langue aventureuse et le plaisir qu'elle se donnait depuis quelques secondes, tous les sens du jeune homme s'embrasèrent au point qu'il devienne volcanique, et sans faire de comparaison hasardeuse, une éruption n'allait pas tarder. Il fut obligé de reprendre le volant pour s'en empêcher. Il détesterait être taxé d'éjaculateur précoce, mais avec une personne aussi douée que Pearl, c'était un vrai défi. 
Au bout des quelques minutes où le massage buccal l'emporta au gré du bon vouloir de la belle hybride, elle cessa avec douceur, sourire aux lèvres. Alexis se félicita de ne pas avoir craqué. Ne sachant pas les habitudes de la demoiselle, il ne voulait pas l'incommoder par une venue trop rapide. 
Il lui caressa doucement le visage avant de se pencher sur ses lèvres et l'embrasser, tandis qu'il maintenait son ardeur en se masturbant. Il l'invita à se relever et commença à faire glisser la robe dont il avait déjà retiré le haut, et chaque centimètre de son corps confirmait qu'elle était exceptionnellement belle. Sa bouche se posa par petits baisers sur son ventre plat, son nombril, son mont de vénus, avant qu'il ne s'arrêta une seconde sur son sanctuaire sacré, encore dissimulé par un sous-vêtement qui lui allait à merveille. A travers le tissu, il caressa les reliefs de Pearl. Il constata qu'elle-aussi avait pris beaucoup de plaisir, auquel il avait fort envie de goutter. Il la fit se rasseoir sur le canapé. Du bout des doigts écarta ses cuisses. Sans retirer son dernier vêtement, il en écarta la partie qui couvrait l'objet de son désir.
Il posa sa langue sur le clitoris, qu'il stimula par de rapides caresses provocantes. Il humait son odeur, gouttait à son nectar. Il descendit plus loin dans son intimité, son appendice buccal explorait ses lèvres chaudes. Il appréciait de la voir frémissante à son tour. Il se décida enfin à retirer la culotte, tout en douceur, sans la forcer, avant de laisser sa langue parcourir d'un seul trait, lent, l'ensemble de la fleur, ses yeux perçants se relevant parfois pour croiser le sien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 16:34
Admin
Le long soupir qui s’échappa des lèvres du russe fit frémir Pearl de bas en haut. Quelle voix sensuelle… Tout maître de lui-même qu’il soit d’habitude, l’entendre se laisser peu à peu aller au plaisir qu’il éprouvait n’en était que plus excitant. Rien n’était plus gratifiant que de savoir que l’on comble son partenaire et la jeune femme n’en mettait que plus passionnément du cœur à l’ouvrage, entourant son sexe d’attentions comme s’il s’agissait du Saint Graal lui-même. Les voluptueuses tensions qui parcouraient ses muscles ne lui échappaient pas non plus et elle les savourait toutes en continuant de se caresser, elle-même frémissante du plaisir qui embrasait ses cuisses. Elle ne cessa que de longues minutes plus tard, les joues rougies, saluant d’un sourire malicieux la résistance dont avait fait preuve son amant. Non pas qu’elle ait eu l’intention de le faire jouir tout de suite et elle se serait arrêtée si elle l’avait senti trop proche de craquer, mais peu d’hommes avaient tenu si longtemps sous la caresse de sa bouche. A vrai dire, elle ne s’était interrompue que parce qu’elle-même n’y tenait plus, son sous-vêtement imprégné de cyprine pouvait en témoigner. Comme elle le pensait, Alexis reprit aussitôt les rênes malgré son souffle encore court et, d’une main cajoleuse, apporta doucement ses lèvres à portée des siennes pour les capturer dans un nouveau baiser langoureux. Pearl s’y abandonna complètement, fermant les yeux, entourant ses épaules de ses bras pour mieux soutenir les incursions irrésistibles de sa langue contre la sienne. Sans avoir besoin de dire un mot, il la fit se relever pour achever de la déshabiller et elle se plia à tous les ordres subtils que lui susurraient ses grandes mains volant sur son corps dévoilé, bientôt secondées par sa bouche. La jeune femme gémit tandis que les doux effleurements de ses lèvres émaillaient d’étincelles sa peau brûlante. Ses doigts s’aventurèrent avec passion dans ses cheveux noirs lorsqu’elle le sentit survoler son pubis sans s’y arrêter (c’était de bonne guerre…). Puis elle se laissa rassoir à nouveau sur le canapé, écarta les jambes en frémissant sous la douce pression de ses mains et fut à son tour livrée à une exquise torture.

« Aaah… oh, Alexis… »

Certes il avait à peine commencé, mais Pearl était rendue plus que sensible par le désir et le plaisir qu’elle s’était donnée elle-même en guise d’avant-goût et avant même qu’il ne retire sa culotte de soie, la moindre de ses caresses la faisait tressaillir. Ses doigts ou sa langue sur ses lèvres intimes, sur son clitoris pantelant manquaient déjà de lui faire perdre la tête. C’était à son tour de n’avoir plus le moindre contrôle. Elle était complètement à la merci des sensations folles que lui faisait éprouver Alexis alors qu’il commençait d’explorer les replis de son sexe. Ses gémissements gagnèrent en intensité et elle renversa la tête en arrière pour mieux les laisser jaillir de sa gorge, au même rythme que ses tremblements. Les cuisses écartées, les jambes enlacées autour de ses épaules, Pearl avait l’impression de prendre feu sous ses baisers. A bout de souffle, ses doigts s’enfouirent à nouveau dans ses cheveux tandis qu’une vague de chaleur la soulevait soudain contre son amant. Un cri passionné lui échappa tandis qu’elle tremblait de toute part, la voix coupée par un orgasme fulgurant. Au bout de quelques secondes, elle retomba contre les coussins du canapé, pantelante, soutenant le regard du russe avec le même désir insatiable qu’elle pouvait lire dans le sien. Se mordant la lèvre, elle l’attira contre elle, parsemant sa bouche et son cou de baisers avides.

« Je ne peux plus tenir. Je t’en prie, viens… »
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 16:35
Admin
Il craignait sincèrement ne pas être à la hauteur, mais il eut bientôt confirmation que ce n'était pas le cas. Il était parvenu à la rendre folle de plaisir, ce qui n'était pas pour lui déplaire, vu qu'elle avait réussi à l'avoir en premier et qu'elle cédait à présent sous ses assauts, jusqu'à arriver à l'orgasme. Et encore, ce n'était que le premier. Alexis n'avait pas l'intention d'en rester là. Leurs deux regards se croisèrent, exprimant toute leur émotion, leur désir, leur besoin d'aller plus loin.
Elle le prit contre elle, lui embrassant bouche et peau, tout en le suppliant de venir en elle. Alexis se mit à sourire. Il n'était pas rare pour lui d'entendre cette phrase de ses anciens amants d'une nuit, tous poussés à bout jusqu'à la communion des corps. Sauf... que le slave allait prolonger ces moments et ne pas forcément répondre à cette demande. Son but avait toujours été de faire durer le maximum la montée au septième ciel, puisque c'était en général leurs derniers moments sur terre. Pour Pearl, fort heureusement, ce n'était pas le cas. Néanmoins, inconsciemment, le brun continuait sur la même voie dont il avait l'habitude.

Sa main droite se posa sur le sein droit de la demoiselle kitsune, l'appuya légèrement entre le pouce et l'index pour en faire ressortir le téton dressé et dur, gonflé par les sensations. Du bout de la langue, Alexis effleura le relief sensible, et sentit frissonner (d'impatience) le corps de Pearl. Il reprit les effleurements d'une demi-seconde, en bon bourreau, avant de prendre totalement l'aréole en bouche et provoquant le mamelon par de rapides coups de langue. Lorsqu'il s'arrêta, il évita de croiser le regard de Pearl, histoire de la faire languir encore un peu, et descendit de nouveau sur ses genoux pour remettre son visage à la hauteur de son temple sacré. Puis, il lécha avec gourmandise et application le bonbon rosé qui n'attendait que cela, mais ajouta une nouveauté. Du bout de l'index, il effleurait les volants de chair, caressa l'entrée qui ne demandait qu'à être franchie, et avec délicatesse effectua un mouvement de va-et-vient. C'était sa façon à lui de donner un avant-goût de la suite, tout en s'assurant que son amante n'était pas vierge. Cela paraissait une évidence qu'elle ne l'était pas, vu qu'elle était particulièrement douée pour faire perdre la tête à un homme, mais il lui était arrivé d'avoir de mauvaises surprises ; au moins ne prenait-il pas de risques.

Lorsqu'il eut donné son aperçu de la suite, il retira son doigt, et le mit dans sa bouche afin de goûter encore une fois au nectar de l'hybride. Tout en elle était divin ; son goût ne faisait pas exception. Il colla alors l'extrémité de sa verge contre son corps, à l'endroit stratégique, et toujours avec beaucoup de précaution, sans jamais forcer, il ne fit qu'un avec la plus charmante des amantes qu'il avait connu. Il prit soin néanmoins de ne pas aller jusqu'à la butée, pas de suite. Il voulait être doux, et progressif.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 16:35
Admin
Après coup, Pearl s’en voulut de cette phrase languide jetée comme une jeune pucelle fiévreuse. Elle était quand même maîtresse de son désir de longue date, elle pouvait tenir quelques minutes supplémentaires jusqu’à l’extase éruptive de la pénétration, du moins s’en targuait-elle d’habitude. Aussi ne rougit-elle pas que de plaisir lorsque le russe sourit et entreprit par de savantes caresses de l’adjoindre à la patience. La jeune femme se mordit la lèvre en se retenant de gémir devant l’expertise avec laquelle il fit saillir son téton pour mieux le prendre en bouche. Ses coups de langue vifs dansant sur la pointe levaient des frissons brûlants dans tout son corps et ses ongles s’enfoncèrent dans les coussins du canapé alors qu’elle s’efforçait de soutenir ses assauts. Une nouvelle descente de baisers enflammés le long de sa peau n’arrangea pas les choses et ses plaintes lascives friselèrent sur ses lèvres closes quand celle d’Alexis vinrent à nouveau effleurer son clitoris encore sensible, la faisant trembler par à-coups violents. Quelques secondes à peine pour reprendre son souffle, puis un cri lui échappa lorsque ses doigts se glissèrent en elle pour l’explorer avec une insoutenable douceur. Ses cuisses frissonnantes se resserrèrent à nouveau autour de ses épaules pour une sensuelle étreinte tandis que son bassin ondulait bien malgré elle autour des caresses du beau slave. Décidément, c’était un maître en la matière. Elle se délecta passionnément de ses attentions encore quelques temps, avant que finalement il ne se redresse contre elle.

Bien qu’elle frissonnât d’impatience, elle apprécia le geste langoureux avec lequel son amant porta à sa bouche le doigt qui venait de si bien lui rendre hommage et, prenant sa large main dans la sienne, s’appliqua à faire de même en le couvant d’un regard ardent. Et enfin, après tant d’attente et de désir accumulé, ses lèvres s’entrouvrirent sur un cri muet alors qu’Alexis plongeait lentement dans ses profondeurs humides. Une houle de flammes submergea son bassin, ses cuisses et son ventre pour venir lécher l’intérieur de ses côtes, ses ongles se font sentir sur les épaules et les bras vigoureux de son amant. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas ressenti un tel délice. Les premiers assauts, si lents soient-ils, déclenchent ses cris tant les sensations sont intenses, tant son sexe remplit à merveille le vide incandescent de ses cuisses. Longtemps… pas tellement à vrai dire. Un autre homme a récemment joué comme un orfèvre des cordes de son corps pour les enflammer ainsi comme jamais auparavant. Entre ses mains aussi elle se sentait comme ballotée sur des courants brûlants la soulevant un peu plus haut à chaque fois. D’ailleurs, enroulant ses jambes autour du bassin puissant d’Alexis, elle lui dicta bientôt une cadence plus rapide, dès qu’elle se fut habituée aux sensations incroyables qu’il lui procurait.

« Ah… Ah… Plus fort ! Aaah ! »

Après quelques minutes passionnées, Pearl se retourna entre les bras du russe après un dernier baiser. C'était ainsi qu'elle préférait être prise, depuis toujours. Et comme elle le pressentait, les torrents de plaisir qui l'inondaient se firent encore plus intenses, lui arrachant de nouveaux cris de plaisir
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 16:36
Admin
Pearl était, sans hésitation, la meilleure amante qu'il n'eut jamais connu. N'était-elle pas Vénus elle-même, réincarnée sur terre pour faire connaitre aux simples mortels une passion charnelle hors du commun ? Alexis était transporté, il avait tout oublié, rien n'existait à part elle, et lui, ensemble, leurs corps en union totale, et transportés vers une réalité alternative où le bonheur était le maître absolu.
Tandis que le jeune homme se montrait très précautionneux, elle se montrait audacieuse et empressée, voulant aller toujours plus loin. Elle voulait une proximité entre leurs corps, de sorte qu'elle avait enroulé les jambes autour de lui, ce qui lui permettait de mieux lui apporter d'attention. Elle était indéniablement douée, et le poussait à sortir de sa réserve. Il obeissait à son désir, et se fraya un chemin vers son intimité, jusqu'à ne plus pouvoir aller au delà. Il était entièrement en elle, et ne put échapper, à son tour, lui le laconique personnage, même dans l'amour, des gémissements sensuels.

Elle était si formidable, si belle, si intelligente. Elle était dangereuse, oui, car elle était parfaite. Combien de coeurs amoureux avait-elle conquis, combien d'hommes lui avaient proposé d'être leur éternelle muse, sans parvenir à obtenir fiançailles et mariage, car bien trop libre pour un engagement à long terme. C'était cela qui la rendait vivante, cette émancipation, loin de toutes limites. Ce dont rêvait Alexis, et qu'elle incarnait parfaitement. Et il tombait amoureux de cette liberté, tout en sachant qu'il ne devait pas se faire piéger. Il devait garder en tête qu'il risquait de la perdre du jour au lendemain, pour partir à l'autre bout du monde. Ne pas s'attacher.
Et c'était difficile. Très difficile.

Il continuait ses va-et-vient avec fougue, la tenant dans ses bras et cherchant ses lèvres brûlantes pour des baisers qui alimenteraient encore plus ce feu. Il avait encore beaucoup d'énergie, mais son plaisir était tel, qu'il sentait qu'il ne pourrait pas résister bien longtemps. Craignant de perdre le contrôle, il se retira avec précaution, sans brusquerie. Il ne savait pas si elle souhaitait qu'il se laisse aller en elle.
Son sexe gonflé de plaisir était sur le point de s'exprimer, il était donc temps. A elle de choisir ce qu'il allait advenir maintenant. Lui donnait-elle l'autorisation ? Auquel cas, il reviendrait vers elle. Obéir, dans ce cas précis, n'était pas une contrainte. Bien au contraire. En attendant sa décision, il lui caressa doucement le visage, un léger sourire sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 16:36
Admin
Les mains serrées sur le tissu du canapé, Pearl ne songeait pas le moins du monde à retenir ses cris d’extase ni à ce que s’arrête cette étreinte étourdissante. Alexis faisait montre d’un extraordinaire talent en matière de plaisir. Attentif à ses moindres réactions, il suivait à la lettre chacun de ses frémissements, de ses soupirs et de ses cris, pour ne concentrer son attention que sur ses points les plus sensibles. Elle avait l’impression de se couvrir d’étincelles sous ses doigts, de se noyer avec délice dans la fougue de ses coups de bassin. Son corps s’arquait gracieusement pour laisser jaillir sa voix et offrir sa bouche aux baisers brûlants que le beau slave continuait de déposer au creux de ses lèvres, auxquels elle répondait avec autant de passion que lui permettait son souffle court. Malgré le trouble dans lequel se trouvaient plongés ses sens, elle n’en gardait pas moins ses yeux dorés, à demi clos par le plaisir, posés sur le beau visage d’Alexis. Elle aimait l’expression de ses traits. Lui qui s’était montré si réservé, si maître de lui-même, ce soudain abandon qu’elle voyait à présent. Sa bouche entrouverte sur ses gémissements, sa peau perlée de sueur, le relief de ses muscles saillants au rythme de l’enivrant effort… elle le trouvait magnifique, et son excitation se trouvait décuplée par la pensée que c’était elle qui avait réussi à le mettre dans cet état. C’était une des nombreuses raisons pour lesquelles elle adorait les hommes…

Lorsqu’après quelques minutes intenses elle se fut retournée et qu’il saisissait passionnément ses hanches, Pearl l’encourageait à accélérer encore ses mouvements, bientôt portée au septième ciel par la houle experte d’Alexis. C’est pourquoi elle ne put retenir un cri de surprise lorsqu’elle le sentit se retirer. Inquiète (et frustrée), elle jeta un regard par-dessus son épaule et comprit immédiatement à son expression et son souffle plus rapide quel était le problème. Lui aussi était à deux doigts d’atteindre la jouissance, mais par souci d’elle, il se retenait avant de venir définitivement en elle. Aussitôt, le sang de Pearl ne fit qu’un tour. Lui faisant face à nouveau, elle lui sauta au cou pour l’embrasser avec une ardeur sans égale, basculant avec lui sur le canapé. Dès qu’elle se retrouva au-dessus de lui, elle vint le chevaucher et lui ordonna avec un regard brûlant :

« Ne te retiens pas… »

Sur ces mots, elle l’accueillit de nouveau en elle, en une seule fois qui lui arracha un cri de plaisir, et reprit leur danse endiablée là où elle s’était arrêtée. Leurs mouvements combinés ne tardèrent pas à faire naître le brasier entre ses reins, qui ne cessa de s’accroître jusqu’à faire trembler ses cuisses, remonter le long de son ventre et de tout son être jusqu’à la porter aux nues, dans un orgasme fulgurant.

Quelques secondes passèrent avant que Pearl, encore tremblante, ne reviennent à elle, affaiblie et comblée. Posant de nouveau son regard de velours sur Alexis, elle lui sourit doucement, ne se sentant pas de parler trop vite après un moment aussi fort. En tous les cas, voilà qui confirmait tout ce qu’elle avait pensé de lui jusqu’ici. C’était un homme plein de ressources…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 16:37
Admin
L'interruption ne lui avait pas plu. C'était compréhensible dans un sens, et Alexis aurait dû s'en douter, même si son geste à l'origine était marque de respect et non de frustration. Poussé sur le canapé, il ne put que se laisser faire tandis que Pearl prenait les devants. Il put l'admirer ainsi de toute sa hauteur, sa poitrine ronde et harmonieuse dansant en rythme avec ses mouvements de rein.    Tous les deux étaient proches du bonheur absolu, qui arriva simultanément dans un cri commun de joie.

Ils étaient fatigués, mais leur sourire parlait pour eux tandis que le Russe attira Pearl contre lui, ne pouvant résister à son regard de braise. Jamais il n'avait connu ce qu'il venait de vivre. Ce serait même mentir que de penser qu'il n'y avait pas pris goût. Tout en elle lui plaisait à un point que c'était plaisant et douloureux à la fois. Plaisant, nul besoin d'expliquer. Admirer l'hybride parlait de soi. Douloureux, à deux niveaux. La kitsune n'était pas du genre à s’enchaîner, c'était contre sa nature. Dans une cage elle risquait de dépérir et perdre son caractère sauvage qui faisait son charme. Quant à Alexis, il risquait de partir à n'importe quel moment. Il n'avait pas le droit de s'attacher pour ne pas risquer la vie de la personne concernée. Peut-être qu'il pourrait encore la revoir. Et partir le lendemain sans donner de nouvelles. Elle s'en remettra sûrement, elle l'oubliera peut-être. C'était préférable pour elle, de toute façon.

En attendant, il profitait du moment présent. Il la gardait collée contre son corps, sa main lui caressant le visage, les lèvres, et les courbes de son corps. Il ne parlait pas plus qu'elle. Il se laissait aller, au gré des secondes, afin d'inscrire en lui les moindres touchers ou baisers qu'elle lui avait prodigué. Puis, sans vraiment s'en rendre compte, il en vint à la serrer dans ses bras. Au simple contact de sa peau, il eut envie de continuer, mais il la savait fatiguée. Lui était si endurant, et n'avait jamais vécu une relation qu'il consentait. Ce n'était pas étonnant. Il aimerait tant lui dire tout ce qu'il pensait d'elle, mais cela n'était pas possible. Il gardait un lourd secret en lui, intransmissible. Il soupira, laissa aller ses doigts sur le velouté épiderme de la belle.

Au bout de quelques minutes, qui lui parurent trop courtes, il consentit enfin à émettre un son.

- Je crois que je n'ai jamais été aussi heureux de ma vie. Grâce à toi, Pearl. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 16:37
Admin
Essoufflée, éperdue encore de tout le plaisir ressenti, Pearl laissa Alexis l’attirer contre son torse et s’y blottit en fermant les yeux, savourant agréablement le parfum et la chaleur de sa peau humide, les battements de son cœur et tous les petits bruits minutieux et secrets qui accompagnent d’ordinaire la vie. Que le corps d’un homme était un abri réconfortant après l’amour. Elle était bien contente que son amant soit quelqu’un faisant preuve d’un minimum de tendresse, et pas un de ses rustauds machistes qui se retournaient pour quitter le lit, s’allumer une cigarette ou ronfler sans vergogne dès l’affaire expédiée. Elle n’était pas non plus fleur bleue, loin s’en fallait, mais elle aimait beaucoup récupérer de l’effort dans les bras de ceux qui l’accueillaient. C’était tout de même bien plus plaisant. D’autant plus que le beau russe était tout aussi suave après l’amour que pendant. Ses grandes mains chaleureuses ne cessaient de parcourir son corps et son visage de caresses douces et légères, auquel elle se plait avec langueur comme une chatte. Quelle perle rare que cet homme… ses qualités d’amant exceptionnel n’ajoutaient que plus d’épaisseur à son mystère, et Pearl n’en était que plus curieuse à son sujet. Il ne lui fallut qu’une phrase pour lui mettre la puce à l’oreille. Bien que flattée, elle ne put s’empêcher de jeter un regard surpris à Alexis, à demi caché par un sourire mutin. Voilà qui était tout de même bien solennel comme déclaration.

« Oh, c’est un bien grand honneur que tu me fais là. Y a-t-il donc si peu de raisons de se réjouir dans la vie d’un professeur de tir à l’arc ? »

Que sa vie n’ait pas été rose tous les jours, elle l’admettait aisément. Après tout, elle ne le connaissait pas, il n’avait évoqué son passé que dans les très grandes largeurs et encore. Il pouvait très bien porter de lourdes cicatrices du passé, qu’en savait-elle ? Et bien justement, rien du tout. Même au regard du temps qu’ils avaient passé ensemble, Pearl était maintenant assez surprise de se rendre compte avec quelle maestria Alexis avait soigneusement passé sous silence tous les détails pouvant relever de sa vie personnelle, en dehors de réponses brèves à des questions substantielles. Hormis sa réserve première, il avait gommé tous les aspérités possibles, ne laissant à sa curiosité que très peu de prises sur la surface lisse de parfait gentlemen et adroit séducteur qu’il s’était composée et qui, le désir aidant, l’avait charmée. Oui, mais maintenant que ce dernier était on ne peut plus satisfait, la jeune femme recommençait à se poser des questions et à aiguiser son instinct. La perfection n’est là que pour cacher des secrets. Il était temps pour elle de se remettre en chasse. Elle ne le fit toutefois qu’après un long baiser déposé sensuellement sur les lèvres du russe, sa main caressant les longues mèches noires sur sa nuque :

« Néanmoins, je te retourne la pareille. Toi aussi tu m’as comblée, aujourd’hui… au point que tu ne me feras certainement pas croire que tu n’avais jamais connu aucune femme avant moi. »

Oh ça non, c’était impossible. Elle en aurait mis sa queue à couper (et Dieu sait si elle était sûre d’elle pour en arriver à dire ce genre de choses…). Bien sûr, elle était flattée de son compliment mais, même s’il pouvait s’agir d’une banalité de Dom Juan qu’il répétait à toutes ses conquêtes, la sincérité poignante qu’elle avait perçu dans sa phrase lui donnait à penser qu’il disait vrai. Auquel cas, c’était tout de même triste pour un si beau et si charmant jeune homme. Et c’était surtout irrémédiablement étrange. Il y avait forcément une raison à cette sorte de malheur en amour qu’il lui avait semblé entendre, et peut-être qu’elle tenait enfin là le début de la clé du secret d’Alexis. Cependant, elle n’avait pas trente-six moyens d’en être certaine. Elle para donc son visage d’un nouveau sourire langoureux et se lova au plus près de son corps, pressant ses seins contre son torse pour venir taquiner le coin de ses lèvres, du bout de sa langue :

« Ce mystère te va bien… ça me donne envie de savoir ce que tu caches derrière. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 16:38
Admin
Aussitôt qu'elle en avait l'occasion, demoiselle Pearl repassait aux questions. Simple curiosité ? Elle avait tant envie que cela de le connaître ? Non, pas question, pas la peine d'insister. Elle n'aurait que des réponses vagues et du mensonge, rien de plus, rien de moins. Il avait d'ailleurs une réplique toute trouvée, concernant sa déclaration de tantôt, sauf que ce n'était pas un mensonge.

- Oh, si, il y a toujours de quoi se réjouir.

Euh, ça, c'était un mensonge.

- C'est juste que tu es la meilleure amante que je n'ai jamais eu. A tout point de vue. C'est rare de concentrer autant de qualité en soi.

Là, c'était sincère.
sur ce, Alexis se contenta à nouveau de rester contre elle et de profiter de sa chaleur. Ce bonheur ne serait pas éternel, bien qu'il le souhaitait. Mais tant d'éléments étrangers pouvaient perturber cette parenthèse de douceur dans un monde de brutes, qu'il profitait de chaque centième, seconde, minute. Aussi, un nouveau baiser de Pearl réanima cette petite flamme qu'il souhaitait la plus vivace possible.

Sauf que visiblement, la kitsune allait allumer des feux pour souffler dessus tout de suite après. Et réanima cette fois ses doutes.
Certes, entre deux personnes qui ne se connaissent pas, les questions pour en savoir plus sont choses normales. Toute rencontre commence ainsi. Toutefois, quelque chose ne fonctionnait pas avec Pearl sur ce point. Certes, il savait que, dans sa liberté nouvelle, il s'était montré imprudent dans sa façon de parler. Nombre de personnes n'y auraient vu que du feu, mais pas elle. Sans que sa curiosité soit déplacée, elle avait le don de poser des questions amener facilement à tirer les vers du nez.
Pure coïncidence, ou, au contraire, calcul maîtrisé ?

Alexis avait déjà tiqué, sur la terrasse, concernant l'extraordinaire perspicacité de l'hybride.

"Ce n’est plus une passion c’est un élan vital !"

Déjà, à ce moment-là, il avait lutté pour repousser ses soupçons, craignant de voir le mal partout. C'était malheureusement un réflexe de survie dans son métier, mais tout de même, il fallait savoir faire relâche, pensait-il, avant de se décontracter et ne pas diaboliser la renarde.

"J’ai la fâcheuse habitude de me passionner pour ce que je trouve attirant..."
" En tous les cas, je me demande quelles surprises vous recelez encore…"


Fallait-il donc prendre cette parole au pied de la lettre ? Mieux valait pour Pearl de ne pas trop se passionner pour lui. Ce qui était derrière le masque n'était pas beau à voir. Alexis avait honte de ce qu'il était, il se dégoutait. Mais le pire était pour elle de percer son secret. Cela ne signifierait qu'une chose : la mort. Les ordres de la Maîtresse étaient clairs. Quiconque découvrirait son identité devait mourir. La seule exception à cette règle s'appelait Enzo, et ne devait sa survie qu'à un traité de non-agression entre gang. Si elle apprenait, Pearl devrait mourir. Et Alexis ne voulait pas qu'elle meure. Elle ne le méritait pas.

"Ce mystère te va bien… ça me donne envie de savoir ce que tu caches derrière."

Cette dernière phrase le fit frissonner d'honneur, malgré lui. "Surtout pas, Pearl, surtout pas ! Mais pourquoi veux-tu en savoir plus ? Pourquoi ? Je ne peux pas, il faut que je m'invente sérieurement une autre identité. Qui tienne la route." Oui, qui tienne bien la route. Car elle était capable de découvrir toute incohérence dans son discours.

Ou alors, il restait une dernière solution. Qu'il ne souhaitait pas envisager. Qu'ils ne se revoient plus. A cette idée, Alexis se sentit glacé de l'intérieur. Ne plus la voir, c'était le priver de sa muse de l'émancipation. Mais ce serait égoiste de continuer. Devait-elle se mettre en danger pour un caprice ?
Il éprouva de grandes difficultés à ne pas laisser paraître son malaise croissant. Il fit appel à ses grands talents de comédien pour dire dans un rire cristallin un boniment des plus passe-partouts.

- Tu sais, des fois, il ne vaut mieux pas savoir ce qui est caché. Et je te signale que je peux te renvoyer la pareille !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 16:38
Admin
Tout en laissant ses doigts jouer dans les longues mèches souples de ses cheveux noirs, Pearl étudiait la moindre de ses réactions derrière son sourire enjôleur. Son œil exercé décelait le plus petit frémissement de son visage, la plus mince hésitation dans sa voix, tout enfin qui pouvait s’apparenter à un signe de trouble quelconque. Et elle ne pouvait qu’admirer la maîtrise de lui-même d’Alexis. Toujours de quoi se réjouir, hein ? Elle aurait pu y croire… N’importe qui aurait pu y croire tant c’était dit avec naturel et décontraction, mais la jeune renarde se fiait autant à son instinct qu’à ses perceptions et ce dernier lui disait que quelque chose dans l’attitude d’Alexis sonnait imperceptiblement faux. Toutefois, elle s’appliquait à ne pas traquer trop ouvertement cette infime dissonance. Elle n’avait pas vraiment fort à faire sachant que le compliment qu’il lui fait la flatte réellement, de façon très plaisante. Elle se laisse aller à rire légèrement :

« Oh… merci. On ne m’a pas dit souvent ce genre de chose. Tu es un vrai gentleman… »

Mutine, le bout de sa langue vint taquiner les lèvres d’Alexis avant qu’elle ne prolonge la caresse en un vrai baiser, plein de tendresse, ses paumes se moulant à la charpente solide de son torse alangui sous sa poitrine. Dans un coin de sa tête, même s’il est vrai qu’elle n’a pas souvent eu droit à ce genre de compliment, elle ne peut s’empêcher de penser à Enzo. Lui n’a pas eu besoin de le lui dire, tout dans son attitude suffisait à le lui faire savoir… elle aimerait que ses pensées cessent de revenir à lui et à ses bouleversants yeux de fauves alors même qu’elle est avec un autre homme, à la fin. Surtout un homme aussi charmant, et intriguant qu’Alexis. D’ailleurs, ce dernier finit justement par répondre enfin à ses insinuations par un rire amusé, en affirmant qu’il valait mieux ignorer certaines choses et qu’elle n’en avait pas révélé beaucoup plus sur elle non plus. Les oreilles de la jeune femme s’en redressèrent. Ça, c’était presque l’aveu qui confirmait ses soupçons. Il fallait vraiment qu’Alexis ait un secret à cacher pour lui dire qu’il valait mieux pour elle ne pas chercher à savoir. Un secret dangereux, elle commençait à en avoir l’intuition. Malgré tout, loin de s’en inquiéter, Pearl pouvait sentir l’excitation s’insinuer dans son être. Flirter avec le danger était en général le meilleur moyen de toucher du doigt une information de la plus haute importance. Elle rendit aussitôt son rire au beau slave :

« Ah, my dear, c’est exactement le genre de choses qu’il faut évidement de dire si l’on cherche à dissuader quelqu’un. Et en ce qui me concerne, je n’ai franchement pas grand-chose à cacher, ni d’intéressant dans ma petite vie de riche héritière en maraude. Tu peux me cuisiner autant que tu veux… »

Ce disant, elle s’était redressée en position assise pour caresser son torse musclé plus librement, tout en lui offrant du même coup une vue imprenable sur sa poitrine. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas glissé un petit double sens dans sa phrase. Cependant, même si elle aurait bien continué quelque peu à se déhancher au-dessus de son corps, elle ne tarda pas à céder aux légers frissons qui la parcouraient depuis un court moment :

« Cela t’ennuie-t-il si je t’abandonne quelques instants pour la salle de bain ? Je commence à avoir légèrement froid… »

Maintenant que l’émotion et les sensations étaient retombées, la pièce commençait à se faire un peu fraîche et la jeune femme souhaitait se débarbouiller rapidement avant de remettre ses vêtements. Alors qu’elle se quittait le canapé d’un pas précautionneux, entièrement nue, son portable abandonné sur la table basse vibra un bref instant et elle le saisit au passage, curieuse de savoir qui pouvait lui envoyer un message. Peu de gens possédait son numéro personnel hormis ses parents, de rares amis et… Leo. C’était bien un sms de son ancien patron et amant qu’elle ouvrit alors qu’elle refermait la porte de la salle de bain sur elle. Ouvrant le robinet du lavabo afin que le bruit de l’eau masque les autres sons, elle le parcourut rapidement :

~ Salut, Pearlie. J’espère que tes vacances se passent bien, voici quelques nouvelles comme promis :  pas grand-chose de neuf, si ce n’est que le quartier est assez agité depuis quelques temps, du coup les flics font un peu de rab par chez nous pour la circulation et tout ça. Sinon, on ne voit plus de serpents dans le terrain vague derrière la maison depuis un moment. C’est plutôt une bonne chose mais comme la municipalité n’a pas l’air d’avoir fait quoi que ce soit, on dirait qu’ils sont partis tous seuls, c’est assez étrange. J’espère qu’ils n’ont pas mis une saloperie chimique ou un truc du genre. Je te tiens au courant et je m’occupe de tes fleurs. Tu as le bonjour de tout le monde, profite bien de ton séjour mais pour les photos la prochaine fois, évite la tenue de kendô, ça ne te va pas vraiment et puis c’est un peu naze comme sport. Les gars disent qu’ils veulent te voir en kimono à la place. Bises. Leo.

PS : Tes algues séchés, c’était très gentil mais ça m’a donné de l’urticaire. ~


Ça par exemple… Réfléchissant à toute vitesse, Pearl relut une nouvelle fois le message, puis l’effaça soigneusement. C’était la première fois depuis son arrivée que Leo lui envoyait un message, et jamais avant elle ne lui avait envoyé la moindre photo, ni même demandé de donner des nouvelles. Il ne lui en fallait pas plus pour comprendre qu’il s’agissait d’un code. Son ex avait beau être complètement blasé par la vie, il n’en était pas moins un détective émérite et un ancien de la sécurité nationale finlandaise, il savait donc ce qu’il faisait et il ne lui envoyait certainement pas tout ça au hasard. L’important était de décrypter tout ceci vite et bien, avant que le temps passé dans la salle de bain ne devienne trop long pour être raisonnable. Tout en effectuant une rapide toilette au gant pour se rafraichir, arrangeant sa coiffure, elle retournait dans sa tête chacun des termes du message. Inutile d’être un génie pour comprendre le début : la police new yorkaise était sur les dents pour une raison inconnue mais qui concernait sans doute la mafia d’une façon ou d’une autre. Les quartiers à New York ne sont gérés quasiment que par ça, elle les avait suffisamment infiltrés pour le savoir. Cette histoire de serpent lui mettait également la puce à l’oreille. Il lui semblait avoir travaillé sur une affaire de ce genre et elle se souvenait d’une organisation dangereuse qui utilisait cet animal comme emblème, qu’elle ne connaissait pas en détail car elle était surtout basée en Russie mais qu’il ne valait mieux pas approcher de trop près si l’on tenait à la vie. Et Leo lui disait qu’ils avaient disparu ? Ca ne pouvait rien augurer de bon… Enfin, il y avait cette mention au sujet du kendô qui la laissait quelque peu perplexe tandis qu’elle tressait ses cheveux pour les nouer sur sa nuque. Pourquoi devrait-elle éviter le kendô ? Elle n’avait nullement l’intention de pratiquer ce sport. Sa séance d’initiation avec Alexis avait été plus que plaisante mais…

Pearl interrompit son geste, foudroyé par un éclair de lucidité. Le kendô, le tir à l’arc, le Serpent… Du temps où elle travaillait pour la police et la mafia, en fonction de qui la payait le mieux, il lui est souvent arrivée d’entendre parler de meurtres étranges, commis toujours selon le même mode et visant chaque fois des personnes mouillées de près ou de loin dans des activités mafieuses à travers le monde. Eviter le kendô, éviter le tir à l’arc, s’en méfier… en un battement de cils, elle revit la concentration glaciale et la précision meurtrière d’Alexis sur le champ de tir, cette impression tenace que lui avait laissé sa démonstration d’être face à un vrai prédateur. Se pourrait-il vraiment qu’Alexis… Alexis Vychedkevitch, professeur de tir à l’arc russe au passé bien flou qu’il s’évertuait à cacher, soit l’Archer du Serpent ? Seigneur Dieu… En quelques secondes, Pearl se reprit. Si c’était vrai, si par un hasard absolument dément c’était bel et bien le cas, il lui fallait à tout prix rester maîtresse d’elle-même et ne pas lui laisser ne serait-ce que l’ombre d’un soupçon si elle voulait rester en vie. Elle ne parvenait pas encore à croire qu’il s’agissait d’une question de vie ou de mort et elle tenta de ne pas y penser plus que cela pour rester naturelle. Coupant l’eau du robinet, elle jeta un regard résolu à son reflet dans le miroir, puis quitta l’abri de la salle de bain, souriant au beau slave en le rejoignant sur le canapé.

« Excuse-moi, je n’ai pas été trop longue ? Si tu veux y aller à ton tour, fais comme chez toi. »

Elle récupéra sa robe d’une main et l’enfila de nouveau, caressant les jambes d’Alexis du bout de sa queue. Naturelle, d’un bout à l’autre. Il le fallait…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 16:38
Admin
Dire qu'Alexis pensait qu'en utilisant une ficelle tellement grosse, il donnerait l'impression de se moquer des suspicions de Pearl et lui ferait comprendre qu'il n'y avait rien à cacher, bien au contraire. Hélas, il avait obtenu l'inverse, et le pauvre homme ne savait plus comment s'y prendre. Pire, elle avait réussi à se dédouaner de sa propre histoire, de façon à ce que toute demande d'information le concerne lui. Finalement, Alexis était mis en échec par cette femme talentueuse, lui qui n'avait jamais été inquiété de sa vie jusqu'à sa première bourde : la rencontre avec Enzo. Enzo, et maintenant Pearl. Tous deux lui faisaient peur, au point que même si elle le caressait encore et qu'elle lui offrait une vue imprenable sur sa plastique de rêve, il était intérieurement glacé.
"Je t'en prie, arrête de vouloir en savoir plus..."

Il vécut son départ pour la salle de bain comme une libération, et la laissa partir sans protester. Dès qu'il entendit le bruit de l'eau, il se leva d'un bond. La paranoia s'immissait en lui, il devait savoir. Il essayait bien de se convaincre que la curiosité de Pearl reflétait son désir de faire la connaissance, mais il n'y croyait plus. Pearl était-elle une charmante touriste espiègle ou était-ce seulement une apparence ?
Avec sa rapidité coutumière et sa discrétion, les sens en éveil au moindre arrêt de l'eau, il se jeta sur les endroits les plus reconnus comme cache d'informations. Il espéra que la légendaire lenteur des femmes en toilette lui laisse assez de temps. Il ne cherchait pas de papier, c'était trop long à lire. Il quêtait un objet dont l'emplacement à un tel endroit serait incongru, puisqu'il visitait les tiroirs de sous-vêtements et de petites culottes. L'eau coulait toujours tandis qu'il passait la main entre les doux tissus des robes, top ou pantalons. Tant qu'il ne trouvait rien, il se sentait soulagé d'être conforté dans l'innoncence de la kitsune, mais dans la peur d'être découvert en train d'espionner. Au pire, il se ferait passer pour un fétichiste des sous-vêtements, voila qui serait un faux secret honteux à dévoiler. Rien, toujours rien. Il attaqua les boites à chaussures, rangées scrupuleusement. Cet endroit était tellement déplacé qu'il était insoupçonnable. D'où le fait que le jeune homme aie commencé par là. Plus c'était inconcevable, plus la planque était bonne. Il ne tâtait que des chaussures à talons ou des plâtes, très élégantes. Le stress montait, elle allait bientôt sortir. Il restait encore cinq boites, il en prit une au hasard avant de se figer sur place. De se secouer. De remettre tout à sa place. Fermer la porte de la penderie et se jeter sur le canapé au moment pile où l'eau s'arrêta. Heureusement qu'il se brûlait fréquemment la pulpe des doigts pour ne pas laisser d'empreintes, car il en aurait laissé partout autrement.
Grâce à une technique de relaxation apprise lors de sa formation, il parvint à baisser son rythme cardiaque rapidement, et demeura allongé, comme s'il n'avait pas bougé. Il s'était détendu au point qu'elle le fit sursauter lorsqu'elle le caressa de sa queue animale. Il cligna des yeux afin d'insinuer qu'elle le réveillait, lui sourit avec tendresse, et l'observa avec malice tandis qu'elle remettait sa robe tandis que lui demeurait nu. "Merde. J'aurais dû faire semblant de me rhabiller au lieu de jouer la somnolence."

De toute façon, depuis qu'il avait mis les peids au Japon, Alexis avait été tellement ébloui, à l'image d'un ressortissant de pays communiste mettant les pieds à LAs Vegas, qu'il commettait imprudence sur imprudence. Et comme le papillon attiré par la lumière, il n'allait pas tarder à se brûler les ailes. Voila ce qu'il se passait dès qu'il n'était plus guidé et devait se fier à son libre arbitre. Il était un esclave, et sans ordre, il faisait n'importe quoi.

La suite de sa journée allait se dérouler ainsi. Vite remettre sa chemise et cacher son tatouage avant qu'il ne soit l'objet d'une discussion. Quitter cette pièce. Enquêter sur Pearl Dawson et savoir qui elle était exactement. Savoir si elle avait les capacités de le percer à jour. La tuer si elle représentait une menace.

Car à présent, il savait qu'il avait eu raison à son propre. Elle était loin d'être une vacancière blanche comme neige.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Lun 24 Nov - 16:39
Admin
Si Pearl avait encore quelques doutes, si minces soient-ils, ils se virent instantanément balayés lorsqu'elle revint auprès d'Alexis qui somnolait sur le canapé (lui semblait-il). Rajustant le haut de sa robe et arrangeant ses cheveux, elle se demanda comment elle avait pu manquer, elle qui remarquait tout, le discret serpent sombre tatoué sur la clavicule du russe. C'était beaucoup trop pour rester du domaine de la coïncidence. Cependant, maintenant qu'elle était certaine d'avoir bel et bien affaire à l'Archer, elle se sentait la tête beaucoup plus froide. Le danger ne lui faisait pas peur, du moment qu'elle savait à quoi ou à qui elle avait affaire. Connaître son ennemi, c'était pouvoir parer ses coups et chercher ses failles. Quand bien même en l'occurrence, elle n'avait pas la moindre chance face à un professionnel de la trempe de l'Archer, elle avait une idée plus précise de ce qu'elle devait faire. En premier lieu, tenir son rôle pour ne pas mourir. Aussi, même si ça pouvait sembler la dernière des imprudences, elle caressa du bout de ses doigts le tatouage d'Alexis alors qu'elle se laissait aller contre son torse nu, dont la chaleur pénétrait sa peau :

"Oh, c'est charmant. Je ne l'avais pas vu tout à l'heure..."

Parce que Pearl Dawson, l'innocente héritière en voyage, n'aurait pas manqué de faire un commentaire malicieux sur cette marque funeste. Tenir son rôle pour ne pas mourir : c'était primordial. Cependant, elle ne poussa pas l'audace jusqu'à lui poser des questions dessus. Elle ne savait que trop bien ce qui attendait les malchanceux qui perçaient à jour les tueurs à gages et il n'aurait pas fallu qu'un trop grand souci de perfection de sa couverture ne causât sa perte. N'en déplaise à celle qu'elle faisait semblant d'être et qui ignorait tout de la véritable identité du beau slave, c'était bel et bien ce que l'on ne savait pas qui nous pouvait nous tuer le plus sûrement. Embrassant de nouveau ses lèvres, Pearl ne put réprimer un frisson en éprouvant leur moelleuse chaleur et glissa sa langue jusqu'à la sienne. Rien n'avait changé dans sa façon de faire pourtant, mais même si elle était en danger de mort, le fait de savoir Alexis si redoutable le lui rendait, pour une obscure raison, plus attirant, plus excitant. Elle songea qu'il faudrait tout de même qu'elle fasse quelque chose pour ce goût excessif des choses dangereuses, ça confinait presque au malsain à force. Et puis ça finirait certainement par avoir des répercussions sur son espérance de vie.

"Aurais-je l'occasion de te revoir ?"

A vrai dire, Pearl ne l'espérait pas vraiment, ou du moins pas avant de savoir pourquoi il se trouvait ici et d'assurer ses arrières. Mais, en jolie jeune femme riche et oisive qu'elle incarnait, elle n'avait aucune raison de ne pas souhaiter une nouvelle entrevue, et plus pourquoi pas, avec un homme aussi agréable et adroit pour combler ses partenaires. Pour le moment, même si elle était consciente qu'elle ne devait surtout pas se dépêcher de le mettre dehors, elle avait hâte de se retrouver seule et de réfléchir. Elle parviendrait certainement à trouver une solution une fois qu'elle aurait tout le loisir de songer au problème au calme. Elle devait simplement tenir jusque là.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives Forums importants :: Complexe Hinata-
Sauter vers: