AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 As de trèfle qui pique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1145
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: As de trèfle qui pique   Lun 20 Fév - 11:15

 
L'AS DE TREFLE QUI PIQUE MON COEUR
feat. Hana Saika
Hana l'attendait, dans le lit. Une partie de son corps cachée par la couette, elle se redressait et le regardait. Une tête de chien battu. Chris menaçait de s’attendrir, elle semblait sincèrement malheureuse. Mais qu'elle étaient réellement les raisons de sa tristesse ? L'actuelle situation de vivre avec un homme qu'elle n'aimait pas et qu'elle revoyait en dépit de la rupture ? Ou bien avait-elle menti lors de cette rupture et le regrettait depuis tout ce temps ? Pourquoi à chaque fois qu'elle ouvrait la bouche ne crevait-elle pas l’abcès qui pourrissait en elle ? Pourquoi cet acharnement à vouloir bâtir une nouvelle relation sur des sables mouvants ? Son attitude était mauvaise, elle s'enfonçait.

Sans se départir de sa réserve, il s'installa dans le lit conjugal, assez éloigné d'elle, montrant son opposition à l'accepter. Finirait-elle par se confie s'il la poussait à bout ?
Elle ouvrit la bouche.
Il retient son souffle.
Elle passa encore à côté, à croire qu'elle faisait exprès de ne pas comprendre.
Qu'ils s'embrassent à présent. La loi, cette loi débile le voulait. Sans tenir compte des sentiments des naufragés du mariage. Il mourait d'envie de l'embrasser, mais son orgueil tenait la barre de sa conscience. Ainsi il garda son flegme contrarié (a fortiori parce qu'elle n'en prenait pas l'initiative). De mauvaise grâce, il se pencha vers son visage et déposa ses lèvres contre les siennes.
Sa lutte intérieure faiblit un bref instant, où il retrouvait, comme si ces deux années n'avaient pas existé, la douceur de sa peau, le parfum fruité et épicé, la caresse de ses cheveux bouclés. Une seconde. Il faillait défaillir. Il ne flancherait plus : il se détourna aussi violemment qu'on claque une porte ; remonta brutalement les draps pour se couvrir (alors qu'il mourrait de chaud). Il n'offrait cependant pas la réjouissance de le voir de face, troublé par l'émotion qui lui étreignait douloureusement le cœur.

Il regarda passer les heures sur le smartphone qui reposait sur la table de nuit. Le sommeil ne venait pas. Ce traître n'intervient que tard, lui laissait seulement le répit de ne pas trouver Hana à ses côtés. Tant mieux, il ne s'imaginait pas capable de l'affronter, dans les moments, où elle faisait beaucoup craquer, à moitié endormie et si rayonnante dès le matin. Chris surveilla bruits et mouvements ; lorsqu'il se sut seul dans la pièce et les salles attenantes, il s'accorda le rafraîchissement du matin, bienvenu pour faire fuir cernes, cheveux en épis, yeux bouffis. Quand il sortit, de nouveau vêtu d'une tenue diurne (à vrai dire, la même que la veille, n'ayant pas apporté de bagages pour cette première nuit), une odeur exquise vint titiller ses narines et son estomac.

Il soupira. Ils ne pourraient pas s'éviter définitivement ; et s'il agissait de la sorte, ne laisserait-il pas croire qu'il était en partie coupable ? Il n'était responsable de rien, il n'assumerait donc rien à sa place. A l'entrechoc de la table et de la vaisselle, il entra dans la cuisine, combinée avec le salon. Hana avait cuisiné le petit déjeuner. Comme autrement, sauf qu'ils ne préparaient  à deux. Voulait-elle le servir, être au petit soin ? Il le retient ainsi et cela l'énerva au lieu de le séduire. Il tenta de se calmer en prédisant qu'elle avait juste pris de l'avance pour aller bosser. Son planning professionnel était, sans nul doute, plus régulier que le sien.

Elle parla la première. Il la salua en retour, d'une voix grave embourbée dans le sommeil.


" Bonjour... "


Elle avait préparé du natto. chris ne put s'empêcher de sourire. Toujours aussi nature-peinture, peu regardant du "quand-dira-t-on". Plus sexy que ce plat, tu meurs. Il l'aida à transvaser tous les plats prêts sur la table, tandis qu'elle posa la question fatidique. Son sourire s'atténua, ses lèvres se raidirent. Cependant, il se départir d'une neutralité différente de la colère étouffée de la veille.


" On ne va pas se mentir. La sincérité est primordiale dans un couple. Non, je n'ai pas bien dormir. Je te retourne la question, bien que je me doute que toi non plus, tu n'as pas bien dormi. "


Il s'empara de l'assiette de son épouse et la servit, en insistant sur le natto. Il s'empara de son assiette en second, avec une assiette rigoureusement identique, natto compris. Selon la coutume, il salua et prononça le Ittadakimasu de rigueur avant de commencer son repas.



" C'est très bon."
codage par rhum antique de Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
http://testas.forumactif.org
 
As de trèfle qui pique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives Just Married :: Chris-
Sauter vers: