Revenir en haut Aller en bas



 

 :: Archives Forums importants :: Complexe Hinata Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SHIRYU-BRUNE : Night Knight tombe le masque

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Raton
Messages : 52
Date d'inscription : 28/11/2014
Jeu 15 Juin - 22:29
Raton
Le souffle court et les joues écarlates, Brune finit par fermer les yeux. Trop de délices se bousculent sous son regard autrement. Les reins cambrés de Shiryu qui s’offrent sans réserve à ses vigoureuses incursions, le contraste entre leurs peaux, son pénis qui ne cessent de disparaître entre ses fesses… Divinement insoutenable. Il risquerait de faire feu sans l’avoir voulu s’il continue de se délecter de cette vision. Alors il clôt les paupières et se contente des gémissements sensuels du cuisinier, de la douceur de sa peau sous ses doigts ou de la forme de son sexe au creux de sa paume. C’est si bon que ça en deviendrait criminel. Il comprend pourquoi Knight Lord a attendu si longtemps avant d’accepter l’amour de Black Lotus, maintenant. Mais ce n’est qu’une pensée vague et brève qui lui traverse l’esprit sans qu’il n’y prête attention, car toutes ses ressources sont concentrées sur le plaisir de son partenaire. Tous ses gestes n’ont vocation qu’à attiser ses sensations, alors que chaque seconde qui passe le voit devenir plus confiant, plus fougueux, plus dévoué. Tant et si bien que bientôt, le partenaire en question crie grâce. Même si cela le déboussole un peu dans un premier temps (aurait-il fait quelque chose de mal ?), il comprend ce que ça signifie. Lui-même est tellement ébloui par le feu qui consume tout le bas de son corps qu’il sent venir le point de non-retour de son endurance. Bien qu’il ait encore des réserves, une petite pause ne lui fera pas de mal pour tenir les prolongations. Reprenant son souffle, il finit par acquiescer dans un murmure :

« D’a-d’accord… »

Bon, il a beau dire, il est tellement bien là où il est qu’il prend tout son temps pour se retirer, embrassant les épaules de son partenaire et laissant ses mains remonter le long de son ventre et de son torse pour le caresser sous toutes les coutures. Mais bientôt, il finit par se résoudre à obéir aux indications de son amant et se laisse glisser hors de lui, avec un frisson. Il répond avec avidité au baiser affamé qui lui bâillonne les lèvres, le serrant dans ses bras d’une façon qui ne laisse rien ignorer de son envie de le prendre à nouveau aussi vite que possible. Guidé par les douces mains du cuisinier, il s’allonge sur le matelas en prenant garde à ce que ses ailes ne le gênent pas, comme d’habitude. Lorsque Shiryu vient s’installer sur lui avec précaution, Brune déglutit, intimidé. C’est troublant de le voir ainsi au-dessus de lui, éclairé à contrejour par la lumière du salon, ses longs cheveux drapant sa fine silhouette. À nouveau, le chiroptère prend conscience qu’il est grand, large, doté d’un physique de brute épaisse, à moitié animal, alors que son partenaire est l’un des humains les plus envoûtants qu’il lui ait été donné de rencontrer. Beau comme un Prince de légende, se dit-il en posant timidement ses mains sur ses cuisses, ses yeux se remplissant de son délicat visage. Et ce prince veut de lui. Il a dit qu’il lui plaisait, qu’il avait envie de lui, qu’il était à lui, même. Son cœur bat à tout rompre alors qu’il se remémore ses paroles et serre les dents pour maîtriser les vagues électriques qui le parcourent quand le jeune homme se laisse à nouveau pénétrer en s’abaissant sensuellement sur son bassin. Ses larges paumes se crispent sur ses hanches, un long gémissement s’échappe de ses lèvres closes. Aussitôt, il pense que ça ne peut pas être plus intense. Le cuisinier se met à bouger. Et aussitôt, il découvre qu’il a tort.

Cette position donne une nouvelle ampleur à ce qu’il ressentait jusque là. Et surtout, la vision de Shiryu se déhanchant souplement au-dessus de lui, étreignant son sexe sur toute sa longueur et le surplombant de son regard cobalt, le met à sa merci. C’est au tour du chiroptère de s’avouer vaincu. Il ne tente même plus de retenir sa voix et ses plaintes de plaisir résonnent dans la chambre. Ses hanches accompagnent le mouvement, sa main vient de nouveau enserrer la verge de son partenaire pour la caresser en rythme. Une nouvelle fois, il ferme les yeux. Sinon, c’est trop intense. Tout son corps est parcouru d’étincelles qui crépitent en chœur sur chacune de ses cellules lui semble-t-il, au point qu’il ne tarde pas à sentir son flot ardent remonter inexorablement. D’une voix étouffée, il en avertit son prince :

« Shiryu… Oh, Shiryu, je… je vais… »

Il n’a pas le temps de finir. Un mouvement plus ample que les autres lui coupe le souffle. S’animant malgré lui, il maintient fermement son partenaire tandis qu’il commence à donner de vigoureux coups de bassin, un grondement animal vibrant dans la poitrine alors que le final approche. Il s’est retenu le plus longtemps possible, il a tout fait pour que Shiryu prenne autant de plaisir que lui, mais il ne peut plus y tenir à présent. La tendre chaleur du jeune homme l’aiguillonne beaucoup trop. Un éclair de volupté le transperce soudain de part en part, un cri rauque s’échappe de ses lèvres et ses mains se crispent passionnément sur les cuisses blanches et si douces. Avec extase, il sent tout le bas de son corps pulser ardemment et il se laisse emporter par ce torrent de feu tandis qu’il se déverse sans réserve dans les enivrantes profondeurs de son partenaire. Pendant quelques secondes, il reste tendu de tout son être vers lui, puis se laisse aller au creux des draps dans un dernier soupir, sans parvenir à réaliser ce qui vient de se passer. Un silence frémissant envahit la pièce, uniquement troublé par leurs respirations haletantes et les dernières bribes de passion qui vibrent dans l’air. La tête embrumée et les membres en coton, Brune rouvre à demi les yeux pour croiser ceux de son prince. Ses lèvres s’entrouvrent, pour lui dire à quel point cette première fois digne des plus grands super héros de l’univers était incroyable :

« Pardon… je crois que j’ai… à l’intérieur… »

Ah, raté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Admin
Messages : 1314
Date d'inscription : 22/11/2008
Mar 5 Sep - 11:09
Admin

© Yamashita sur Epicode


La position...

...plutôt acrobatique, devint progressivement confortable et délicieuse. D'autant plus qu'il permettait au cuisinier d'être actif, donc de participe à leur coït.

Doublant l'effet bonheur, son amant ailé caressait en rythme son attribut ballotté par ses mouvements de hanche. Décrire ses sensations ? Shiryu ne parvenait toujours pas à exprimer des mots. Le plaisir le prenait tout entier, il se soulevait dans les airs, à chaque coup de bassin. Il imprimait dans sa mémoire cette extase. Ses joues roses, ses yeux fiévreux, la lueur dans les pupilles... Sans parler de sa voix, empêchée de mettre des paroles, dégageait des sons langoureux aussi envoûtant que celui des sirènes.
Quand il planait trop dans des pensées abstraites, il s'ancrait dans le tangible en se rappelant qu'il partageait ce moment avec quelqu'un ; que ce moment serait unique car il faisait l'amour avec Brune. Brune Wayce. C'était sa première fois et il débordait d'amour vers son hybride, son héros, son chevalier servant.

Il ne rompait pas le contact visuel, bien que le chiroptère ferma souvent ses yeux. Il ne put donc rater les émotions tiraillant soudainement les traits de son amant, ainsi que son avertissement.
Shiryu comprit, après un petit temps de doute, ce qu'il allait arriver. Devait-il s'arrêter ? Bien sûr, s'il arrêtait maintenant, il pouvait continuer, encore, encore.. Mais ce serait cruel pour Brune. Tout homme s'était déjà masturbé dans sa vie et s'interrompre en cours de route créait une frustration insupportable. Le jeune homme ne ferait pas souffrir son héros, même en échange de quelque secondes supplémentaires. Il continua à onduler en variant fréquence et ampleur. Ses mouvements encouragèrent Brune à participer à leur union. C'était si bon, si bon ! Il avait tant patienté, après cette première fois ratée... Il avait attendu avant de se donner à une personne qui comptait pour lui. Le voilà récompensé...
L'hybride était proche du moment fatidique, le cuisinier sentait ses mains encore plus intensément sur ses cuisses. Brune poussait un cri de jouissance, bonheur suprême. Un cri guttural, presque animal, qui aurait pu être effrayant dans d'autres circonstances.

Dans un dernier mouvement, la chauve-souris ne tint plus. Son sexe se tendit dans un souffle final, avant de baisser pavillon. Le rouquin quêtait ses yeux humidifiés par la volupté, le teint rosé de ses joues qui colorait sa peau sombre. Il allait parler. Shiryu était suspendu à ses lèvres. Quelle douce parole lui susurrerait-il ? Quel compliment lui adresserait-il ? Le jeune homme était tout ouïe et...

Ah. Oui. Devant une telle évidence, Shiryu se mit à rire.

- J'avais cru comprendre. Mais cela ne me dérange pas.

Il se retira à contre-cœur et se coucha sur le torse puissant du héros. Il ne pouvait pas blâmer son galant, lui-même mourant d'envie de venir à son tour. Sauf que la machine s'était refroidie. Il se laissa glisser sur le côté, s'allongea sur le dos, et entreprit de maintenir son excitation jusqu'au point d'orgue. Il y était presque pendant leur étreinte mais Brune ne lui avait pas laissé le temps. Il s'entreprit donc de s'accorder les ultimes soubresauts de volupté, en échappant des gémissements sonores et profonds.

Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives Forums importants :: Complexe Hinata-
Sauter vers: